Affaire Camille G. et ça se passe dans le Gers 10/07/2012

FLASH  /  10 juillet 2012  , Affaire Enfants Alexis

et ça se passe dans le GERS, avec la presse locale,

« La Dépêche du Midi », avisée par nos soins, et alertée par le père de cette fillette depuis longtemps, semble ignorer cette affaire très grave. A notre avis, tant qu’il n’y a pas de sang qui coule à Auch, de politiques ou de membres du ‘show buziness’ touchés, ça roule…!…?

***********************

   *Bernadette*UNE ENFANT MINEURE DE 14 ANS

en Grand Danger dans le Gers

Depuis 2004, nous suivons dans un cadre associatif un papa vivant dans les Deux-Sèvres, père de deux fillettes issues d’un premier mariage, et, sur 2011/ 2012, nous constatons que le placement de la plus grande dans un service « ASE » du Gers, suite à de nombreux rebondissements tous plus débiles les uns que les autres, (mais nous ne nous étalerons pas dans les détails laissés sous la responsabilité des auteurs de Droit), est un immense échec, seulement, quand on connaît au fil du temps les rouages financiers dans les Conseils Généraux, ce que rapporte le placement d’un gosse, avec tous les risques de virginité que comportent le placement d’une gamine mineure, on tente de mieux comprendre, analyser, mais tout dépend de l’interprétation perçue par les élèves des E.N.M.

Maintenant, Bernadette (**), a sa « jeune » vie entre les mains de Monsieur Le Substitut près le Parquet d’Auch, relayé par un éducateur de l’ASE, en espérant qu’ils n’aient pas autour d’eux une enfant de cet âge en GRAND DANGER, les personnes chargés de sa protection et de sa sécurité à l’ «ASE » d’Auch étant incapables de gérer de la façon la plus honnête et droite ce dossier.

Pour gouverne générale, la mère de cette jeune « Bernadette », qui vit dans le Gers, après bien des rebondissements de couple dans sa vie, a été reconnue depuis longtemps inapte à s’occuper de ses enfants,« Ordonnance de la C.A de Poitiers » qui n’a jamais été suivie, les magistrats n’ayant pas le temps de lire, d’étudier avant toute autre décision, les Ordonnances en vigueur ou qu’ils prennent « en leur âme et conscience« .

A notre avis, seul le père et sa compagne, nos adhérents que nous apprécions beaucoup, sont capables de reprendre, avec les encadrements et soutiens qui s’imposent,  les affaires en mains, ce qui offre à la Justice Française la possibilité de prononcer une déchéance parentale de la maman, exceptionnelle mais logique de Droit, et la possibilité, pour un, ou des magistrats défaillants, d’avouer officiellement qu’il a été commis une erreur judiciaire, mais c’est encore une autre affaire…!

Alexis, le père de « Berbadette » (*), est très inquiet sur le suivi et le devenir de sa fille, et on le comprend…; au fait, combien rapporte un enfant placé par décision de justice…?

(*) Le prénom de Bernadette a été volontairement choisi pour protéger la fillette.

PS: Qu’attend La Dépêche du Midi à Auch pour informer, déclencher cette affaire?

Laisser un commentaire