oct 31

Un superbe moment « aérien » dans ce monde de brutes…

Si vous êtes passionnées d’aviation, mais surtout de modèles réduits volants, regardez cette vidéo envoyée par Notre Chère Amie Yolande AMBIANA, que l’ensemble du Bureau de l’association embrasse car, malgré la maladie rare dont elle est atteinte, c’est une battante :

https://www.facebook.com/SubiSureshOfficial/videos/356860991172408/?pnref=story

oct 30

Soupe Pho au poulet

Voici un souvenir d’un voyage au Vietnam.

Le Phở ( prononcez « Feu « ) est le plat national vietnamien. Cette soupe est composée de nouilles de riz, de morceaux de bœuf ou de poulet et d’herbes aromatiques ( Coriandre, Basilic.. ), le tout cuit dans un bouillon de bœuf ou de poulet. A ses débuts, la soupe Phở était dégustée au petit déjeuner, mais cette tradition n’a pas perduré et les vietnamiens en mangent à toute heure de la journée.

023

D’après l’histoire, son nom viendrait du plat français, le pot au feu et serait dû à l’influence française pendant les colonies mais l’origine du nom n’est pas certaine. A l’origine, il n’y avait pas de bœuf et la viande serait arrivée avec les français au 19éme siècle.

Un Phở du nord ne sera pas identique au Phở du sud puisque certains ingrédients sont ajoutés comme le soja. On trouve aussi du Phở au poulet.

L’avantage du Pho au poulet, c’est que l’on peut préparer cette soupe dans l’après-midi pour le soir, car elle est plutôt rapide à préparer.

Ingrédients pour 4 bols:

Pour le bouillon

  • 1 poulet jaune fermier
  • 2 cm gingembre frais émincé
  • 2 gros oignons coupés en deux en longueur
  • 2 clous de girofles
  • 1/2 étoile d’anis (badiane)
  • 1 gousse d’ail
  • 1/2 bâton de cannelle
  • 2 branches de citronnelle
  • 2 graines de cardamone (écrasées au mortier)
  • 1/2 cuillère à café de poivre fraîchement moulu
  • 1 cuillère à soupe de gros sel

Pour servir :

  • 4 feuilles de chou chinois
  • 1 boite de pousse bambou émincé
  • 100 gr de pâtes au riz – j’aime celles qui sont de la largeur des tagliatelles
  • quelques branches de coriandre ou de cerfeuil
  • 2 oignons émincés
  • 1 citron vert

Préparation :

  • Préparation du bouillon
    • Dans une grande marmite, verser 4 litres d’eau avec la cuillère à soupe de gros sel.
    • Découper le poulet : pour cela, détacher les cuisses, les ailes, séparer le haut de la carcasse du bas, et couper le haut en deux.
    • Les mettre dans l’eau froide et porter à ébullition.
    • Très important : le bouillonnement ne doit jamais être trop important sinon le bouillon ne sera pas clair.
    • Enlever l’écume au fur et à mesure qu’elle se forme pendant une dizaine de minutes, et profitez en pour écumer le gras.
    • Le bouillon à présent doit être bien clair et bouillonner à petit feu
    • Pendant ce temps, dans une poêle, faire dorer les oignons coupés en deux. L’oignon un peu caramélisé va donner un bouillon un goût un peu sucré et une jolie coloration brune
    • Passer le gingembre au mortier avec la cardamone, puis transférer dans le bouillon, ainsi que toutes les épices comme la badiane, la citronnelle coupée en deux dans le sens de la longueur, la cannelle, le poivre et le gros sel
    • Faire bouillir ainsi une bonne 1/2 heure, toujours avec un léger bouillonnement
    • Au bout de la 1/2 heure, sortez les morceaux de poulet, détacher la chair des os, et remettre les os dans le bouillon, tandis que la chair attendra au réfrigérateur
    • Laisser encore cuire une heure
  • Au moment de servir
    • Emincer les feuilles de choux chinois et les oignons
    • Couper en 4 le citron vert
    • Passer à l’eau les pousses de bambou pour enlever les conservateurs
    • Emincer finement 2 blancs de poulet
    • Ramener le bouillon à ébullition, puis ajouter les oignons coupés en rondelles
    • Faire cuire les pâtes (achetées fraîches de préférence) dans de l’eau salée,
    • Lorsqu’elles sont bien cuites et encore fermes, les mettre dans l »eau froide pour arrêter la cuisson.
    • Réchauffer les bols et les pâtes : Répartir les pâtes dans les bols, ajouter des morceaux de poulet, puis ajouter quelques louches de bouillon, laisser le tout se réchauffer et retransférer le bouillon dans la marmite.
    • Enfin dans le bol, sur les pâtes et le poulet, disposer un peu de chou chinois émincé, les pousses de bambou, du poulet, 1/4 de citron vert et verser le bouillon qui doit franchement dépasser le niveau de pâtes (à peu près 1 cm).
    • saupoudrer de coriandre haché, et servez.
oct 29

Enfin un numéro vert pour dire NON au harcèlement à l’école le 3020 ..

Un numéro vert pour dire « non au harcèlement » à l’école

La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, le 31 août 2015 à Dijon - La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, le 31 août 2015 à Dijon - AFP/Archives Jean-Philippe Ksiazek

La Ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem, le 31 août 2015 à Dijon – AFP/Archives Jean-Philippe Ksiazek

Pour mieux prévenir et prendre en charge le harcèlement scolaire, le ministère de l’Éducation lance un numéro vert à quatre chiffres, le 3020, et organise une journée dédiée le 5 novembre avec un clip télé destiné aux enfants.

« Certains dans notre société continuent de penser que le harcèlement n’est finalement qu’un jeu d’enfants, un passage obligé », a regretté la ministre Najat Vallaud-Belkacem jeudi, lors d’une conférence de presse. « Quand nous connaissons les drames que le harcèlement peut provoquer, (…) il n’est plus possible de tenir ce discours de banalisation. »

Le ministère estime à 700.000 le nombre d’élèves affectés chaque année par du harcèlement modéré à sévère. Ces violences répétées peuvent prendre la forme d’insultes, de menaces, de mise à l’écart, de bousculades, et continuer après la fin des cours sur les portables ou réseaux sociaux. Ce phénomène peut entraîner chez les victimes une perte de l’estime de soi, un sentiment de culpabilité, du décrochage scolaire, voire des troubles psychiques ou des comportements suicidaires.

Le phénomène n’est pas récent, mais en France les pouvoirs publics ne se sont emparés de cette question que depuis trois ans, dans le sillage des travaux de recherche du professeur Éric Debarbieux. Cette lutte, initiée par l’ancien ministre Luc Chatel, a été poursuivie par ses successeurs au-delà des clivages politiques, avec la création sous Vincent Peillon d’une délégation chargée de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire.

Les familles pouvaient depuis 2013 s’adresser à deux numéros verts. Le ministère a souhaité passer maintenant à un numéro à quatre chiffres, plus facile à mémoriser: le 3020, joignable de 09H00 à 18H00 du lundi au vendredi. En cas de « cyber-harcèlement », on peut aussi s’adresser au numéro vert « net écoute » 0 800 200 000.

Des ambassadeurs lycéens

Mme Vallaud-Belkacem a également décidé d’instaurer une journée pour dire « non au harcèlement », dont la première édition aura lieu le 5 novembre.

A cette occasion, un clip vidéo d’une minute destiné aux enfants de 7-11 ans et coproduit par la journaliste Mélissa Theuriau sera diffusé sur les chaînes de France Télévisions et Walt Disney. Un écolier roux y est la cible des boulettes et insultes de ses camarades dès que la maîtresse a le dos tourné. Dans le couloir, une camarade lui dit que ça doit s’arrêter, qu’il faut en parler.

Il faut « faire sortir les victimes du silence, car tant qu’on n’en parle pas, le harcèlement ça dure », mais il faut aussi interpeller les témoins, a insisté la ministre.

Mélissa Theuriau a elle-même été victime de mise à l’écart dès l’école primaire. « La situation de honte dans laquelle on peut être plongé empêche un enfant de parler, y compris au sein d’une famille ouverte et aimante », a-t-elle témoigné.

Des émissions de France 2 et France 5, comme « Toute une histoire » et « Les maternelles », seront consacrées le 5 novembre au harcèlement, avec la participation de la ministre. Le clip sera aussi diffusé au cinéma avant le film de Noël de Disney, « Le voyage d’Arlo ».

Le ministère a conçu un protocole de prise en charge du harcèlement dans les écoles (qui recommande, par exemple, de ne pas entendre en même temps la victime et le harceleur). Il a aussi élaboré des fiches conseil à destination des personnes concernées. Ces documents sont accessibles sur le site www.nonauharcelement.education.gouv.fr/

Des ambassadeurs lycéens seront formés dans toutes les académies. Ils pourront intervenir dans leur établissement mais aussi dans des écoles et collèges « pour libérer la parole » des élèves.

La jeune Marie, alias « EnjoyPhoenix », connue pour ses vidéos sur YouTube, et elle-même victime de harcèlement, interviendra dans des établissements dans le cadre de la « réserve citoyenne » créée après les attentats de janvier.

Par Andrea GRAELLS TEMPEL© 2015 AFP
Note du Bureau de l’ « AEDEPS » : Madame la Ministre a prise une sage décision mais, comme pour tout ce qui concerne les bonnes décisions et intentions de nos divers gouvernements, il ne faut pas que ça tombe dans l’oubli… et que ça traine…!
Il serait bien que nos gouvernants prennent aussi conscience que des associations, comme la nôtre, qui existe depuis 1984, volontairement sans aide ni subvention pour ne pas être prise en otage en cas de poursuites délicates vers telle ou telle personne, soient considérées dans le bon déroulement du Droit et de la Reconnaissance des Victimes dans le Respect de ses statuts et de la Justice qui, depuis quelques années, est on ne peu plus laxiste et complaisante…
oct 28

Thon grillé à la tomate, et épicé

Thon grillé à la tomate, et épicé, selon le goût

 

Thon grillé à la tomate

Poisson onctueux, le thon est idéal quand on fait attention à sa ligne. Voici une recette épicée qui change un peu !

Ingrédients :

– 4 tranches de thon frais

– 2 cuillères à café de cumin

– 2 cuillères à soupe d’huile d’olive

– 10g de beurre

– 1 gousse d’ail

– 1 oignon

– 1 cuillère à soupe de concentré de tomates

– 1 cuillère à soupe de persil

– Sel

Préparation: Cuisson : environ 45 mn

– Mettre les tranches de thon dans un plat.

– Mélanger l’huile d’olive, le cumin, l’ail haché et une pincée de sel.

– Badigeonner le thon avec ce mélange, couvrir de film alimentaire et réserver au réfrigérateur pendant 1 heure (retourner les tranches au bout de 30 minutes).

– Sortir le thon du réfrigérateur et le faire cuire sur un gril pendant 3-4 minutes.

– Dans une poêle anti-adhésive, mettre le beurre, l’oignon haché, le concentré de tomates et le persil. Saler et poivrer et laisser cuire à feu doux pendant 5 minutes.

– Verser la sauce sur le thon. Déposer une feuille de persil sur chaque tranche, et servir.

Ce plat peut être servi avec du riz par exemple.

oct 27

Safihas, ou petites pizzas libanaises

Safiha


 - 
© Noura/Recette du restaurant Zyriab by Noura - 
 - 
© Noura/Recette du restaurant Zyriab by Noura - (dr) Pour 4 personnes :
Ingrédients :
- 2 disques de pâte brisée,
- 250 g d’agneau haché,
- 2 oignons de taille moyenne,
- 3 tomates allongées,
- 100 g de pignon de pin,
- 1 pincée de cannelle,
- 1 pincée de sel, de poivre doux et de poivre blanc.
Préparation : 30mn - Cuisson : 12 à 15 mn

Mélangez l’agneau haché, les oignons émincés finement, les tomates coupées en petits dés, les pignons, la cannelle, le sel et les poivres

Découpez 12 cercles de 10 cm à l’aide d’un verre.

Déposez une cuillère à soupe de farce au centre, humectez le pourtour légèrement avec de l’eau et pincez fermement les 4 extrémités en les relevant un peu, de façon à former un carré.

Préchauffez le four à 200°C, disposez les safihas sur un papier cuisson et laissez cuire 12 à 15 mn ; il faut que les bords soit légèrement dorés.

oct 27

Palmiers apéritifs au Beaufort

Palmiers apéritifs au Beaufort


 - 
© Happy com - 
 - 
© Happy com - (dr) Pour 4 personnes :
Ingrédients :
1 rouleau de pâte feuilletée, 1 petit pot de tapenade, de pesto, ou de caviar d’aubergines (au choix), 25 g de Beaufort râpé.
Préparation : 15 à 20 mn - Cuisson : 10 à 15 mn

Étalez la pâte feuilletée et tartinez-la d’une fine couche de tapenade (ou de pesto ou de caviar d’aubergines).

Parsemez de Beaufort râpé.

Roulez bien serré jusqu’à la moitié du disque, puis recommencez à partir du côté opposé.

Mettez le double rouleau obtenu 15-20 minutes au congélateur, puis coupez-le en tranches d’environ 1/2 cm d’épaisseur.

Préchauffez le four thermostat 6 (180°C). Disposez les «palmiers» obtenus sur du papier sulfurisé en les espaçant de 2 cm environ. Aplatissez avec les doigts pour bien former les palmiers.

Enfournez 10-15 minutes jusqu’à ce que les palmiers commencent à dorer. Laissez refroidir et c’est prêt !

oct 27

Soufflé d’après-dîner

Soufflé d’après-dîner

(dr)

Préparation 20 min – Cuisson 25 min

Ingrédients pour 4 personnes :

• 100 g de restes de fromages

• 4 blancs d’oeufs

• 2 jaunes d’oeufs

• 15 cl de lait entier

• 20 g de farine

• 20 g de beurre

• 1 pincée de noix de muscade râpée

• sel

Préchauffez le four à 180 °C.

Retirez la croûte des fromages et coupez-les en morceaux ou râpez-les.
Dans une casserole, faites fondre le beurre à feu doux puis ajoutez la farine d’un seul coup et remuez vivement à l’aide d’un fouet jusqu’à l’obtention d’une préparation dorée.
Versez alors le lait en filet sans cesser de mélanger. Laissez cuire à feu doux pendant 10 mn environ, jusqu’à ce que la préparation soit bien onctueuse.
Retirez du feu, ajoutez du sel, la noix de muscade, les fromages et les jaunes d’oeufs un par un.
Montez les blancs en neige avec 1 pincée de sel et mélangez-les délicatement à la préparation à l’aide d’une spatule.
Versez la préparation dans des moules à soufflé individuels beurrés et farinés.
Enfournez et laissez cuire 12 mn environ.
Servez immédiatement.

oct 25

Réflexions et constats sur Notre Vie de tous les jours…

Réflexions sur tout ce que nous lisons, entendons, subissons depuis des années, quand il s’agit de Notre Vie de tous les jours, et ce avec tout l’Humour qui s’impose !

Comment voulez-vous que notre Pays, « La France », si riche de ses actions, de son passé glorieux, et fière du Respect de ses Droits avec une pointe de conservatisme et des acquits, comment pouvez-vous admettre que nos politiques ne se rendent pas compte qu’ils sont en train de nous mettre à bas…, à la faillite ?

Quand on sait tout ce qui est distribué aux entreprises, les « Cadeaux d’Etat » sous prétexte de développement, d’embauches, et que l’on constate que tout est mis en place pour échapper aux charges, taxes diverses, impôts, ainsi que le bradage de ces mêmes entreprises à des actionnaires français, ou étrangers, au nom du « Profit exclusif » sur le dos du consommateur lambda, en l’occurrence nous, simples citoyens, il y a de quoi se révolter.

Maintenant, venons-en au rôle désastreux et manipulateur de ce « Beau Monde » de la Grande Distribution car nous sommes TOUS pris en otages de ce système et, quand on connait les actions de « Greenpeace », les actions et plaintes des diverses associations telles que « 60 millions de consommateurs », le « Réseau Anti arnaques », on ne peut que se réjouir, et abonder dans leur sens dans l’intérêt général de l’humain.qui en a mare de la mal bouffe, des poisons « offerts » lors des achats ce qui, il est vrai, permet aux laboratoires chargés de soigner les maux de la société qui ne devraient pas exister sur cette putain de planète, et à leurs collaborateurs médicaux, de bien vivre .

Si, lors des diverses élections, on réfléchissait à tout ceux qui dirigent nos Régions, nos Cantons, nos Communes, en prenant conscience que chacun occupe en arrière-plan une fonction au sein d’organismes divers et qui coûte cher au contribuable ; le cumul de mandat ou de fonction est roi, qu’il s’agisse de la gestion de l’eau, des ordures ménagères, de l’électricité, la téléphonie et l’internet, ou simplement dans le milieu bancaire…, y compris les mutuelles santé qui nous pompent au passage…., via ces mêmes banques, ça bougerait… !

Quand un citoyen sensé, et se sentant responsable, pose des questions pertinentes aux représentant nationaux, les pirouettes sont superbes, la langue de bois est reine mais, surtout, on fait comprendre :                                     «Circulez, y a rien à voir…… » !

***** Récemment, sur « La Dépêche du Midi » du 18 Octobre 2015, il y avait un article concernant l’augmentation de notre électricité (Source EDF), et l’URL à ouvrir est ci-dessous :

http://www.ladepeche.fr/article/2015/10/18/2200250-edf-veut-des-hausses-de-tarifs-acceptables-ces-prochaines-annees.html#commentaires

***** Ensuite, pour donner un idée de ce que nous traversons selon que nous soyons à telle ou telle banque, il y avait un article paru le 10 mars 2014 sur une revue spécialisée très sérieuse et, là aussi, ça vaut le détour, voici l’URL à ouvrir :

http://www.capital.fr/enquetes/succes/credit-mutuel-l-art-de-vous-faire-les-poches-avec-le-sourire-916627#

 ***** Il y a environ un mois, en discutant avec une responsable d’une grande banque française, celle-ci a indiquée que le système bancaire, donc les banques en général, étaient en train de travailler, en douce, sur un projet de fichage de clientèle, fichage qui comprendrait 3 catégories :

- Entreprises et industriels,

- La clientèle aisée,

- et, bien entendu, les autres, donc nous … !

Après cela, on dira merci tout le monde et on courbera un peu plus l’échine… en subissant ce que l’on nous impose toute l’année, souvent contre notre gré dans le but, pour beaucoup, de maintenir un train de vie sur le dos des autres, donc NOUS !

Après avoir entendu ce fichage, ça fait penser à la médecine à trois vitesses que nos politiques et les organismes spécialisés voudraient mettre en place… !

***** Maintenant, si vous voulez connaître les slogans des banques françaises qui vous bercent, une seule URL :

http://www.quizz.biz/quizz-191482.html

***** Entre toutes, pour rire, il y en a une qui dit : « Appartenir à ses clients », ou encore  » A qui parler » mais, à quoi bon parler quand on ne vous écoute pas, ou quand c’est votre interlocuteur dans son bureau qui « décide » pour vous…!

***** Pour ne pas vous déplaire, voulant rester réaliste et apporter ce qui vient d’être trouvé sur le web, dans la presse, ou grâce à des correspondants fiables, et ce sans vouloir attirer les foudres des uns et des autres car ce ne sont que des constats …., ou de brèves réflexions … !  

 Éventail des billets de la première série par ordre de valeur : le plus gros, de 500 euros, en dessous de tous en haut à gauche ; le plus petit, de 5 euros, au-dessus en bas à droite.

Et n’oubliez jamais ….. : VOTRE ARGENT NOUS INTERESSE, selon eux … !

BONNE LECTURE, à bientôt et, ATTENTION, vous êtes tracés … par eux !

oct 24

Brochettes de poulet aux poivrons et abricots

 

Brochettes de poulet aux poivrons et aux abricots

Très simple à préparer et économique, cette recette est un délice sur le barbecue.

Ingrédients :

– 2 filets de poulet fermier blanc

– 1 poivron rouge et 1 poivron vert

– 235 g d’abricots

– 200 ml de lait de coco

– 1 cuillère à soupe de curry

– 1 citron

– Sel et poivre

Préparation :

Dans un grand bol, mélanger le lait de coco, le curry, le jus et le zeste de citron et assaisonner généreusement. Couper les filets de poulet en dés réguliers et les plonger dans la marinade. Recouvrer le bol d’un film alimentaire et laisser mariner au moins 2h au frais. – Egoutter les abricots. Couper les poivrons en morceaux réguliers. Sur des pics à brochettes, alterner les dés de poulet marinés, de poivrons et les abricots. Faire cuire pendant 10 minutes au gril ou au barbecue.

oct 07

Yolande Ambiana a le courage d’afficher ce qu’elle a subie depuis trop longtemps…

Pour des raisons liées au bon déroulement de l’Instruction Judiciaire en cours, au respect et à la sécurité primordiaux des enfants, certaines informations de cette publication sur le site de l’AEDEPS, ont été passées sous silence.

Ma réponse aux courriers de ma fille Isabelle TCHOUNGANG,

au Président, et au Bureau de l’ « AEDEPS » :

Tout d’abord une profonde reconnaissance à l’ « Association Éducative de Défense de l’Enfant et des Parents Séparés », au Bureau, au Président et aux avocats qui nous suivent depuis 1984, pour leur indéfectible présence depuis plus de dix ans dans ce légitime combat en ce qui me concerne, qui vise simplement pour une mère à rayonner de toute sa dignité, et à réhabiliter des enfants dans l’intégrité qui leur a été arrachée puis saccagée, dans le plus grand mépris de leurs Droits.

Note de Yolande AMBIANA : Dans le même temps j’ouvre la Presse locale où je découvre ce court entrefilet :

« Maud VERSINI et ses enfants :  »Enfin réunis » après plus de 3 ans de séparation… »

Même si j’en suis heureuse pour eux, Il est vrai que née en France, ayant la nationalité Britannique par ma mère, et le Cameroun étant séparé de l’Argentine par un océan, notre situation peut sembler un peu plus complexe aux yeux de la Justice Internationale. Mais une avocate ayant comparé son histoire à la notre, (les graves ennuis de santé en moins)…

Devrais-je à mon niveau, expliquer donc à mes enfants éprouvés depuis quinze ans … ???

  • .. Après non seulement 3, mais 15 ans de séparation aux yeux de tous !!!
  • Mes petits, tenez-vous bien à la Barre, prenez la comme un rêve et oubliez…

……..

Mais revenons à mes moutons ci-dessous… :

L’OBJET principal et immédiat de mon courrier aux Autorités Françaises daté du 25 Novembre 2014, concerne donc effectivement la vacance paternelle notoire dont souffre indûment ma fille Isabelle : Puisqu’elle a été envoyée seule, et encore mineure, depuis le Cameroun à l’étranger faire ses études, par un papa qui s’est du jour au lendemain désengagé de toute responsabilité, la soumettant, en prime, au chantage ignoble venant d’un père, de rester éloignée de sa mère, et dont, comme ses frère et sœur que je n’ai jamais revus depuis, elle a été privée depuis 15 ans, mais, en premier lieu, il est bien évident que cette déplorable situation est attenante à une question fondamentale :

Celle alliée depuis des années, à l’irresponsabilité tragique et à l’entreprise systématique de destruction de l’identité, de déstructuration de la personnalité, de ses enfants par un parent, dans une indifférence générale et parfois complice, qui tend à la banaliser. Une torture tout à fait machiavélique sans laquelle ni vous, ni eux, ni moi n’en serions à ce stade.

………

Car sous toutes les latitudes au monde, le crime infâme consistant à faire pression sur un enfant pour qu’il s’ampute lui-même, ou renie celle qui jusqu’à le porter en elle lui a donné sa chair ; Oui ce crime agit bien en sous main avec autant plus de virulence, que tapi dans l’ombre de la Société, on ne voit ses ravages en surface, que lorsque son être entier en est atteint, miné et poinçonné de nos incohérences ;
Car tout crime reste un crime tant qu’il est occulté et, tout un chacun qui le commet, ne nous leurrons pas doit, pour affronter dignement une Société de Droit, à défaut d’être humaine, en répondre devant la Loi. Autrement nous entrons dans le règne de la démence collective.

J’ai donc ici des raisons légitimes et sérieuses de veiller à ce que mon ex-mari, qui proclame allègrement cette Loi devant les autres, soit mis lui-même à l’épreuve de sa plaidoirie, ceci afin que l’avenir et les études de tous nos enfants, sans exception, soient légalement préservés du cynisme de l’homme qui exerce dans la Justice, mais l’utilise comme un otage pour se protéger, et commettre en paix son forfait, au mépris de ceux qui ne lui servent plus ; Afin que nous n’ayons plus à endosser le joug immonde du chantage, du harcèlement, et de la manipulation que, par sa voie et depuis trop longtemps nous subissons.

Nombreux dans mon entourage m’ont déjà logiquement demandé, comment un seul individu même influent, pouvait exercer une telle emprise à l’encontre des siens, sans trouver devant lui aucune forme de résistance, ce qui laisserait supposer que je pourrais garder une dent personnelle contre lui, d’autant plus que dans ses interviews, lui ne parle de moi qu’en des termes éplorés, mielleux, élogieux, ou simplement : silencieux..

(La réponse est très simple. Pour apparaître irréprochable aux yeux du monde, intelligence et perversité allant souvent ensemble comme deux larrons en foire :

Menaces, insultes, mauvaises paroles et basses besognes, sont ainsi habilement confiées à d’autres, comme à ma fille cadette par exemple, qui a plongé dans l’effroi tous mes proches et amis sur ma Page Facebook, après pourtant m’avoir appelée à l’aide à maintes reprises.)

À ce propos, des instructions ont visiblement été données pour faire disparaître récemment le lien-ci-dessous, de la dernière VIDEO de l’Interview de Me Charles TCHOUNGANG, dans l’émission « ENTRETIEN » menée par la journaliste et directrice de l’Information Dora ÉBOA. Elle a été diffusée sur la chaîne de télévision camerounaise STV le 17/ 07/ 2015 ;

Une émission dans laquelle mon ex-mari annonce fièrement avec le sourire, qu’il a fait le choix délibérément et unilatéralement, sans qu’aucun Jugement de Justice n’ait été rendu à cet effet, ni que personne ne trouve rien à redire, d’élever nos enfants sans moi, comme si cela allait de soit !”

https://www.youtube.com/watch?v=y7Lxg24G6jo

Et de ceci peut aussi témoigner le commentaire d’un nouvel intervenant, qui s’est permis toujours sur ma Page FB, de publier cette vidéo sous la photo de notre fils, laissant entendre que mon mariage avec Mr Tchoungang, serait assimilable à un “ Acte de Propriété à vie ”.

Sous cette photo de mon fils, Le président de l’« AEDEPS » est heureusement intervenu, et à deux reprises – car la fois précédente, l’identité d’Isabelle avait été usurpée toujours sous une photo de son frère – Afin d’arrêter simplement mon lynchage en public….

Déjà par le passé en 2001, Mr Tchoungang est arrivé à la clinique du Val d’OR à St-Cloud où je venais d’être opérée, pour me sommer d’enlever mes sondes et retourner au Cameroun avec lui, sans quoi je ne reverrais plus nos enfants ; Il a fallu appeler le chirurgien pour intervenir, face aux infirmières éberluées qui l’ont vu détaler, et auxquelles il venait de livrer une camionnette de roses…

À minuit dans la même clinique à la veille de l’intervention, un africain se présente comme neurologue appelé en externe, et effectue sur moi un électroencéphalogramme, avant de me parler de mon mari. Le matin j’apprends sidérée que le cahier des charges ne mentionne pas son passage, et l’infirmière de garde confirme que la clinique n’a sollicité personne. Si la concierge de notre immeuble n’avait pas entendu comme moi deux semaines plus tard, un message auquel je n’ai pas répondu laissé par cet homme sur mon répondeur, il y aurait tout lieu de croire que j’en ai rêvé, surréaliste…J’ai ensuite appris que mon mari a demandé à notre bailleur de me faire expulser. En 1999 alors opérée à l’Hôtel Dieu, accompagné de la femme de son client, il avait déjà demandé aux infirmières de m’administrer un calmant, afin de récupérer mon passeport enfoui dans mes affaires. Mon médecin encore alerté et offusqué, est venu lui expliquer que ce n’est pas à un avocat, de me prescrire ce traitement, et qu’il pourrait changer de métier dans une autre vie pour devenir médecin…

Il me semble que cet acharnement loin d’être thérapeutique s’apparente pour le moins à de sérieux délits, même si trop affaiblie par mon état de santé je n’avais pas porté plainte, j’ai néanmoins demandé rapidement le divorce qui je le cite, a été prononcé au TGI de Paris le 16 Octobre 2003 :

« Aux torts exclusifs du mari pour fautes graves, exclusives et  renouvelées » ;

Après quelques années pavées des savantes entourloupes de mon ex-mari, mon avocat Me Antoine RICARD au Barreau de Paris, a finalement retenu qu’il est quasiment impossible d’entrer dans la compréhension de ce drame sous le visage apparemment impassible de mes enfants, chez qui on a développé le refoulement des émotions jusqu’à l’art du raffinement, sans prendre en considération les enjeux du pouvoir entremêlés avec brio, au soubassement de la culture où ils ont grandi,..

Car chaque société comportant ses failles, la culture camerounaise elle, éduque avant tout un enfant à appartenir à une communauté, pilotée par une tête de notables (que représente mon ex mari), en laissant à peine bourgeonner son individualité, qui finit dans les cas extrêmes par en être atrophiée…

À l’âge adulte, s’extirper d’un tel schéma de soumission au clan, je ne dirai pas carcéral, et pourtant où ses membres se trouvent emprisonnés à vie, devient quasiment surhumain! Surtout quand s’ajoute depuis l’enfance, un légitime conflit de loyauté envers un parent en excluant un autre. Mais même le processus, isolant à outrance un individu dans la société occidentale, en le coupant de l’essence de son milieu, pourrait à l’opposé hypertrophier cette individualité, au risque sous son apparente charpente, de provoquer l’effondrement de pans entiers de personnalité, donnant lieu à d’autre formes de dépression.

 

Voici pourquoi et comment d’un côté comme de l’autre, la souffrance bien réelle, demeure la même…

Cette souffrance, l’un va l’extérioriser où l’autre va plutôt la contenir en lui, au risque d’imploser, si’l se sent abandonné dans la Société ou qu’elle démissionne à son endroit. Mais il peut autant défier les préjugés à la surprise générale et paraître impassible, si le cadre où il est entendu, n’est pas requis à son entendement ;

Moi-même issue du métissage, je me garderai dans ces circonstances, d’établir une échelle de valeur entre ces différents systèmes qui comportent chacun autant d’avantages que d’inconvénients. Je me garderai tout autant de hiérarchiser au faciès, un tempérament, vis à vis d’un autre, et je ne saurais pas plus encourager mes enfants à le faire.

Au rythme où va le monde et comme de plus en plus de jeunes, issus de ce brassage intensif entre nos races et nos cultures, mes enfants s’évertuent pourtant ainsi sous nos yeux à survivre à la noyade ; Une noyade programmée en haute mer, au confluent d’un Tsunami, peut-être encore inconnu de ceux qui les reçoivent sur le rivage où comme une bouteille à la mer ils sont arrivés ; Tant les vagues de leur douleur atteignent peu la côte des apparences, tant leurs visages paraissent trop lisses, pour faire d’eux de vrais naufragés…

Mais ayant personnellement été livrée par Mr Tchoungang à ses deux gardiens de nuit, pour être violée sous la fenêtre même de nos enfants, je parle ici d’une perversion que j’ai subie en connaissance de cause. Car dans une société qui étouffe en vous ce genre d’abomination, commandité par un mari odieux mais éminent juriste, il m’était impossible de porter plainte devant aucune juridiction, malgré l’attestation que j’avais reçue de l’Hôpital où avaient été constatés mes hématomes, dès le matin de l’agression ; Complètement sonnée, tétanisée et incomprise, je n’avais à l’époque ni la santé, ni le courage, ni les ressources nécessaires, pour affronter la pression culturelle et sociale acculant au silence et à l’abnégation dans le mariage au Cameroun.

Rejeter le tort sur une victime qui vous est proche, c’est chasser la souffrance que par elle vous ne supportez pas de voir en vous-mêmes. Pour éviter d’apparaître comme une paria, même au sein de ma propre famille dont je portais le visage de la honte, je n’avais plus dans ma détresse reniée, qu’à me replier sur un hypothétique et faible espoir: Celui que ce mari allait changer. Mais l’avenir à montré que c’est rarement le cas, et pour cause, il reste toujours adulé en l’état aux yeux des siens….., de professionnels du Droit ou de la Politique car, c’est avéré depuis longtemps « Les Loups ne se mangent pas entre eux »…. !

Épurer ce calvaire, m’a valu six ans d’Ethno-psychothérapie à l’HÔTEL DIEU, et c’est moi qui ai finalement changé ! Alors à plus forte raison pour un enfant depuis sa naissance, il est peu aisé de se libérer d’un tel fardeau enfoui sous les apparences… Où enfoui sous le POIDS des apparences… !

En l’état actuel des choses, je dois également souligner qu’après avoir eu l’outrecuidance selon certains, de dénoncer l’infamie imposée à ma fille, mon compagnon qui lui apporte aussi tout son soutien, se voit accusé de « détenir le bien d’autrui » à ses risques et périls », car, au Cameroun, la tradition de la Dot est instituée (comme on me l’a publiquement et en privé rappelé), tel « un acte de propriété à vie ».

Voilà la raison pour laquelle dans cette histoire sordide, qui nous vaut à mes enfants et moi-même un si grave préjudice , il ne faudrait surtout pas oublier, que :

Dès l’annonce de son Mandat d’Arrêt International pour abandon de famille en 2006, Mr Charles TCHOUNGANG m’a fait indexer par la voie d’une déclaration officielle du Conseil de l’Ordre, ni plus ni moins, me taxant publiquement dans la presse de malade mentale, accusée d’espionnage à la solde du gouvernement français ; Allégations qui outrepassaient le cadre de ses fonctions, mais contre lesquelles je n’avais non plus aucune voie légale de recours, aucun avocat n’ayant accepté d’assigner en Justice mon ex-mari, même pour la simple garde de nos enfants, puisqu’il fallait en matière Pénale pour assigner un membre du barreau, obtenir une autorisation, celle du bâtonnier et donc la sienne à l’époque… !

(Le courrier que j’ai reçu en privé d’un avocat à ce propos est édifiant, et a été envoyé à l’« AEDEPS »)
(Coupures de Presse de 2006)

Plusieurs personnes m’ont aussi demandé la raison pour laquelle, si je tenais tant à mes enfants, n’ais-je pas fait des pieds et des mains pour aller les réclamer sur place au Cameroun…

Impossible aussi pour moi depuis mes dernières opérations chirurgicales, de retourner physiquement au Cameroun ; La maladie hémorragique complexe qui fragilise mes poumons m’expose, jusqu’à complète cicatrisation, au risque de pneumothorax sous la pression d’un voyage en avion. Pour la même raison, mon dernier voyage en Angleterre en passant sous la Manche, m’a valu une hospitalisation.

Ayant eu accès à mes certificats médicaux durant le procès du divorce, mon ex-mari me sachant en quelque sorte assignée à résidence, leur aurait selon Isabelle déclaré : Qu’après les avoir abandonnés, un Jugement m’interdisait de revenir au Cameroun et de les approcher, ce qu’ils ont cru bien évidemment…. N’eut été le caractère infamant de l’histoire, lorsque l’on se souvient qu’il affirmera des années plus tard à notre fille cadette, que j’aurais depuis en ma possession un « Transfert de Garde », mais aurais refusé de le leur envoyer, on se demande comme me dit aujourd’hui Isabelle, s’il y aurait lieu d’en rire ou d’en pleurer !

De la même manière ma fille Isabelle m’a confirmé qu’elle a longtemps cru, comme lui serinait ce papa, que je souhaitais la retrouver afin de toucher des allocations familiales ; Un papa juriste de surcroît, qui sait donc pertinemment, qu’aucun parent ne peut toucher ces allocations pour un enfant majeur en France !

Cela ne s’appelle-t-il pas : La « manipulation mentale »… ???

Pourtant lorsque la maladie me laisse enfin souffler, je ne peux même plus bénéficier du fruit honnête de mon travail. Par un subterfuge habile de mariage sous régime de biens communs, je me vois aussi astreinte à assumer la totalité de la dette de l’appartement loué par ses soins dans le 16ème Art de Paris ; Un appartement dont, sortant de réanimation – et en présence d’une arme à feu qui aurait été revue ensuite à son domicile, et provoqué un accident qui aurait pu coûter la vie à nos enfants – je me suis vue obligée de signer le bail de ce logement en urgence, utilisé par lui comme pied à terre pour recevoir en France ses prestigieux clients. Il aurait donc pu aisément avec ses honoraires, s’acquitter de sa dette, au lieu de présenter à nos enfants, une image avilie de leur mère. Et ce d’autant plus qu’il est toujours aujourd’hui en France, reçu dans des établissements de haut standing.

Enfin, en réaction à mon courrier du 25 Novembre 2014 aux Autorités françaises :

Selon ce que me dit ma fille, mon ex-mari aurait subitement amorcé un rapprochement, et tenté de la convaincre elle aussi de retourner au Cameroun. On pourrait supposer qu’il essaie par là d’enlever son épine du pied, car il lui aurait même envoyé son collaborateur à Paris afin de l’amadouer ; Mais sans toutefois s’acquitter jusqu’à la fin de l’année, de ses frais de scolarité, ni de ses subsides. La comptable de son établissement au moment de la période des examens, me l’a confirmé de vive voix, puis au téléphone, les Courriers en Recommandé de l’administration de l’ISAA, et la réponse de l’AEDEPS faisant foi ; C’est une fois de plus par la solidarité et le soutien admirable de ses camarades, qui ont réalisé pour elle une collecte de fonds express à la rentrée, qu’elle aurait été admise néanmoins à passer les épreuves, et ceci après que mes frères et moi-même avons versé les sommes dont nous pouvions disposer.

Mais Isabelle ne pouvant intégrer normalement son école comme ses autres camarades dès la rentrée, j’avais interpellé mon ex-mari présent sur la page FB de nos enfants, puisque c’est par cette voie que j’ai pu retrouver leur trace après plusieurs années, et qu’il ne donnait plus signe de vie :

« J’ai reçu le même jour en privé un courrier d’intimidation, par un intermédiaire se disant très influent, et me faisant des propositions, si j’acceptais d’apporter publiquement un démenti aux Autorités que j’avais alertées, concernant la situation de nos enfants »,

Ce Courrier me précise, *** que mon divorce étant nul et non avenu aux yeux des camerounais, la Dot ayant le privilège de m’avoir achetée sans être remboursée, il ne tenait qu’à moi d’être enfin raisonnable, sous peine je cite de : « Punition sans limite »***. (Captures d’écran envoyées à l’ « AEDEPS »)

Afin, visiblement, nous le découvrirons dans la foulée, d’éviter de nuire à un dossier lié à Me Charles Tchoungang, impliquant le même jour, une tractation concernant une importante somme d’argent.

En définitive, mon ex-mari juriste étant rompu au maniement des lois, et c’est ce qui fait sa force pour arriver à les contourner, avance toujours à visage recouvert. Mais c’est ici faire gravement offense à notre intelligence commune, puisque de deux choses l’une :

SOIT :

En amenant lui-même une histoire dite privée sur la place publique de l’Institution du Droit, par intervention même du conseil de l’Ordre pendant son Bâtonnat, mandaté et réquisitionné pour se prononcer en son nom, Mr Charles TCHOUNGANG abuse outrageusement de ses fonctions, puisqu’il y a dans notre cas d’espèce un flagrant conflit d’intérêts, ce qui est parfaitement illégal.

SOIT : Le corps entier de la Justice peut ainsi faire écran d’impunité, et entériner l’action d’un de ses membres pour le protéger, tout en faisant de la mère que je suis une esclave moderne et sacrifiant sans états d’âme les enfants, ce qui vraiment serait affligeant, dommageable, et aussi inquiétant pour un Etat dit de Droit. Et donc au vu du nombre d’intervenants (Qui ne sont pas tous ici cités), le feuilleton de notre histoire par voie de conséquence, ne saurait plus « vraiment » être considéré d’ordre privé.

Dans une telle configuration, à défaut d’avoir été légalement examinée puis reconnue, ma colère de Femme autant que de Mère est légitime. Et telle cette « Punition » qui m’est promise, la souillure qui nous est infligée est autant sans limite, surtout enterrée dans une âme humiliée, écartelée, martyrisée ! Nous avons ici l’embarras du choix, entre une série relevant de la simple querelle familiale entre ex-conjoints avec un ballet d’intervenants (j’ai d’ailleurs à ce propos un compagnon charmant, sain d’esprit qui m’occupe l’esprit), ou la lapidation d’une mère et de ses enfants, organisée de main de « Maître » c’est le cas de le dire, sur un autel de la Justice que l’on s’approprie à des fins personnelles et abjectes, en insolente impunité aux yeux de la Loi, que l’on se situe sur un plan national, international, ou Divin.

ALORS, EN DEFINITIVE :
Voyant la souffrance contenue, digne mais insoutenable de mon aînée, lorsqu’elle a finalement trouvé le courage de m’appeler à l’aide, je dois reconnaître aujourd’hui que, comme nombre d’enfants laissés à l’abordage par un Parent, une Institution où la Société dans son ensemble, ma fille Isabelle s’accroche majestueusement à notre Barre pour ne pas être déboussolée. Elle est simplement formidable dans sa situation, et je tiens à saluer la résilience, la maturité dont elle fait preuve devant nous ; Elle nous montre ainsi qu’un enfant, même dans les pires situations, est mieux capable que l’adulte, de combler nos propres failles pourtant béantes. La Société dont elle-dit maintenant ne plus faire confiance ni à la Justice, ni aux autres institutions, face à un père qui est pourtant l’un des principaux tenants du Barreau, serait bien inspirée pour l’avenir de ses enfants poussés dans leurs retranchements, d’en tirer pour elle de la graine…

BRAVO À ISABELLE !

Le propos de notre fille témoigne ici dans la simple expression de la vérité, des failles de sa société…. Cette mise au point est bien longue, il est vrai, mais vous conviendrez avec moi, et vous m’excuserez, 15 pages ne font pas 3 pages, comme « Quinze » ans de sévices et séparation, ne font pas « Trois ans »… Mais mon souhait n’est nullement que nous soyons accueillis en grande pompe, uniquement que notre Parole soit entendue sans préjugés, et que nos Droits eux soient respectés.

Telle Mère telle Fille…  !!!

 

Et comme je l’ai souligné plus haut, mon ex-mari ayant demandé en 1999 à mon médecin, le Pr PRUDENT, de me prescrire un calmant puissant, quand sous la pression de ses clients il m’a emmenée à l’hôpital, afin de récupérer mon passeport ; Il doit apprendre qu’une femme digne de son nom, trouvant le père de ses enfants malade, l’amène aussi à se soigner sous la pression! Mais n’étant pas médecin, je le confie humblement à la digne médecine que notre Société appelle : « JUSTICE ». Car en matière de Droit, je l’ai appris de lui, mieux vaut ne pas être un Prudent.

Pour des raisons liées au bon déroulement de l’Instruction Judiciaire en cours, au respect et à la sécurité primordiaux des enfants, certaines informations de cette publication sur le site de l’AEDEPS, ont été passées volontairement sous silence dans l’espoir de sensibiliser la Justice Française et obtenir de sa part, sans complaisance à l’égard de l’auteur des faits reprochés depuis l’an 2000, quelque soit son statut, ce à quoi Yolande et ses enfants ont Droit, le Respect des personnes et de la liberté d’expression.

                 Yolande AMBIANA                      

                                   Fait à Paris, le 07 octobre 2015, pour servir et valoir ce que de Droit.