avr 08

Niort, Fin du calvaire judiciaire pour Alexis et ses filles…

Oui, c’est la fin du calvaire judiciaire pour Alexis et ses deux filles,
la justice a tranchée lundi dernier en levant définitivement la mesure AEMO qui les frappait injustement depuis trop longtemps et, comme avait dit un jour de 1986, en sortie d’audience du JAF à Tours deux petites filles qui s’appelaient Virginie et Lucie, ça se passait dans la salle des pas perdus en présence de son avocate qui est aussi la nôtre, et de la presse locale:    
« Ca y est, on a obtenu la garde de notre papa ».
Il faut savoir que Norbert, le père de Virginie et Lucie, s’est battu avec nous plusieurs années, association qui s’appelait à l’époque « ADEPS », dans le but d’obtenir la
résidence principale des petites à son domicile, la mère ayant été reconnue incompétente et incapable de s’en occuper.
Il ne reste plus qu’à Alexis, à Adeline sa compagne, et aux enfants, de vivre tranquillement leur vie de famille dans leur nouvelle maison.
Bon courage pour l’avenir et toutes les amitiés du Bureau et des membres de l’association.

                              Alexis, Adeline et toute la famille
avr 08

Année 2010, Scoop..: un père privé de ses enfants et petits-enfants

La suite du scoop de cette affaire qui date depuis trop longtemps car, un père privé de ses enfants sans trop savoir pourquoi (durant 30 ans), et petits-enfants depuis 10 ans, n’a plus de nouvelles de sa fille âgée aujourd’hui de 40 ans, malgré de nombreux contacts, laquelle se pose plein de questions sur ce vide, sur les silences de sa mère qui, aux yeux de ce papa, était plus victime que complice de son père décédé récemment qui,

avec le beau-père des enfants car il y a eu remariage, se sont comportés comme des « voleurs d’enfants et de petits-enfants » en arguant n’importe quoi pour discréditer par tous les moyens un père, un grand-père de sang, François nous a dit aujourd’hui par téléphone « ce décès sera l’espoir d’une ouverture »..

Malheureusement, dans ces affaires de divorce et de séparation où les enfants sont plus pris en otage qu’autre chose, surtout lorsqu’il y a une grande coupure provoquée volontairement par l’entourage de l’ex-épouse dans le respect des liens parents-enfants, et il est regrettable de constater que « qui n’entend qu’une cloche n’entend qu’un son.. »
Longue histoire vérifiée qui se veut passionnante et ouvrira les yeux à certaines personnes ..; ne vous inquiétez pas, la parution approche et François n’attend plus qu’un appel de sa fille, de son fils, et que tous se retrouvent pour un nouveau départ.

Merci à François qui, grâce à l’espace web que lui réserve l’association, ouvre son coeur et vous éclairera sur des rouages peu glorieux tant de la Justice, que de gens qui en usent et abusent grâce à l’argent.., à « leurs connaissances », un chèque ou des espèces faisant plus de dégâts dans une famille quand il y a divorce ou séparation, que le respect de l’autre »…!

Un beau-père usurpateur a « tout » tenté, suite à remariage, pour devenir le « père » des enfants, et le « grand-père » de petits-enfants qui ne seront « Jamais » les siens car les liens du sang sont là et ça n’est pas son sang qui coule dans les veines des gosses victimes, des tests ADN pouvant être pratiqués à tout moment.

C’est fou de constater les dégâts quasiment irréversibles causés dans les familles suite à divorce ou séparation….

Les deux enfants de François, qui privent injustement sans raisons valables depuis plus de 10 ans leur père de ses  petits-enfants, vivent dans le sud du Loir et Cher et sont en violation totale des articles de la CIDE  (Convention Internationale des Droits de l’Enfant): ils serait temps que ces enfants réagissent en adultes et n’écoutent que leur Coeur!

Cet article passionnant suivant son cours, bon courage à François, et à bientôt.

BONNE ANNEE L’AMI.

Le Bureau de l’AEDEPS