jan 27

Manifestation « Des Choeurs pour Grandir » Pescalis Moncoutant 14 et 15/07/2012

**** Manifestation organisée les14 ET 15 JUILLET 2012 par   l’Association « DES CHOEURS POUR GRANDIR », (structure oeuvrant et militant pour faire reconnaître le Syndrome de Sylver Russel touchant les enfants..), sur le site de Pescalis à Moncoutant (79320) et, à l’invitation de la Présidente Karine RENEAUME, le Président de l’ « AEDEPS » s’y est rendu, voici ci-dessous la présentation de ces journées en quelques photos :

   

 

 

**** Nous tenons à préciser que toutes les œuvres proposées à la vente, étaient confectionnées et exposées par les artistes présents, au profit de l’association « DCPG« 

**** Nous vous rappelons l’adresse URL de cette association :

http://des-choeurs-pour-grandir.com/

jan 27

Réaction épidermique du Bureau de l’association 2012

LES MOTS DU BUREAU DE L’ « AEDEPS »

Bonjour les amis,
ceci est une réaction épidermique que l’on pense justifiée,et MERCI à celles et ceux qui nous aident, nous soutiennent depuis 1984.

**************

Tous ceux qui ont eu des activités associatives à haut niveau, vont comprendre ce qui suit, et on les en remercie à l’avance:

-          Il faut savoir que les gens qui ont aidé l’ « AEDEPS » au moment où il y a eu le changement de fournisseurs concernant le site, sont des » non membres » que nous apprécions énormément et qui saluent par leur geste, notre travail.

-          C’est surprenant quand on sait ce qui est fait pour beaucoup d’adhérents qui, eux, au moment du premier contact s’engagent verbalement, signent aussi des statuts dont ils ne respectent pas les articles à la lettre, ne réagissent pas, ce qui est l’occasion fréquente de conflits que nous souhaitons éviter.

Le coup de pouce des « non membres » fait preuve de reconnaissance, de soutien, d’un esprit associatif ausi alors qu’ils ne sont pas adhérents. Pour cela  nous ne pouvons que les en remercier et leur témoigner notre reconnaissance.

Nous avons eu récemment une personne étrangère à l’association qui, pour nous aider, a acheté des cartouches d’encre, des rames de papier, et réglé une petite facture importante dans notre fonctionnement, ceci en réduisant quelques frais lors d’un de ses déplacements en TGV, ou entrant dans le cadre de son travail.

Il y eut aussi récemment un ami qui n’a pas acheté de gadgets d’un club de foot connu alors qu’il était sur un stade régional de grande réputation, et ce pour nous aider « bénévolement », selon ses moyens financiers, ce qui est sympa…… MERCI à toi Jean-François, entraineur d’une petite équipe de notre canton!

-          Il ne faut surtout pas oublier celui qui, « bénévolement », depuis le mois de mars 2012, prend de son temps tant sur sa vie familiale que sur ses autres nombreuses activités, plus prenantes les unes que les autres et, quand on sait ce que coûte financièrement la programmation et le suivi informatique spécialisé d’un site, tout permet de dire sans restriction : MERCI, MERCI  l’AMI !

Pour les changements effectués, dans le but de mieux défendre les Intérêts des uns et des autres, car avant tout on met en avant la Protection et le Respect des Droits de l’Enfant, il y a des factures arrivant du J.O, etc, etc, et là, que devient la participation associative

En plus, bientôt, le suivi et la mise à jour de Windows XP ne seront plus pris en compte par Microsoft, et là, quels seront les membres adhérents qui participeront aux frais de remplacement des ordinateurs qui tournent pour eux … ?  

Personne n’en parle et pourtant nous continuons notre bénévolat.

Mes frais personnels pour faire fonctionner cette structure qui vous est si chère, et surtout permettent de maintenir le travail accompli dans l’ombre car il faut de temps en temps « agir en sous-marin », s’élèvent au minimum à 659,53€ par an. Ces frais que j’avance pour vous aider les uns et les autres , sur ma petite retraite gagnée à la sueur de mon front, je n’en vois pas le partage, comme le stipule, en ce qui vous concerne, les articles de nos statuts. N’y aura-t-il pas un regain de conscience…… sur le respect de ces statuts et le fonctionnement de l’association que vous appréciez…….. ???

Si cette constatation ne réveille rien en vous, à plus ou moins brève échéance, cela conduira inévitablement à la fermeture de l’association, ce que nous voudrions éviter car il y a, avant tout, des gosses en souffrance…!

Honnêtement, PERSONNE n’a le droit de dire en général :

****  » Si tu as envie d’arrêter l’ « AEDEPS » c’est ton choix, mais là, à cet instant, l’auteur de ces mots risque de ne plus avoir sa place au sein de l’association…alors que nous nous sommes toujours battus auprès » !

Voici, actuellement un état d’esprit général ressenti depuis trop longtemps, dont le mien, en y joignant un clin d’œil envers certaines gens qui se reconnaitront dans ce texte, et ce sans aucune forme de procès, ou de fâcherie.

Associativement vôtrePour le Bureau    Document établi le 1er septembre 2012

Jean-Gervais CHANCY   Président de l’  « AEDEPS« 

PS : pour celles et ceux que nous citons dans nos rubriques, notamment le « Coin-Détente« , « Tourisme-Evasion« , nous placerons leur publicité, leur site, à condition, s’il l’accepte, de nous adresser une participation financière, même modeste, sous forme de don.

Aujourd’hui, 5 septembre 2012, nous venons de recevoir des messages de soutiens encourageants, mais qui devraient en laisser plus d’un perplexe et les faire réfléchir, de 2 avocats amis, d’un magistrat réputé très impliqué dans ce pourquoi nous œuvrons et militons depuis bientôt 28 ans, et ceux-ci nous ont fait comprendre « textuellement » :

Ca n’est pas avec le don de rames de papier, de cartouches d’encre, etc, etc.., que votre structure va régler les factures…; est-ce que les gens qui vous font appel, que vous suivez, paient leur carburant, leur nourriture, leurs soins, leurs déplacements divers, leurs frais de fonctionnement familiaux, en offrant des yaourts ou des bananes à leurs fournisseurs…, cherchez l’erreur ou l’abus…? »

*** Nous sommes maintenant en 2013, nos actions continuent et nous comptons sur vous, votre participation, vos idées et, à l’avance, nous vous remercions vivement.

jan 27

Quelques affaires traitées depuis 1985 par l’association AEDEPS ex ADEPS, et notre avocate S.M.D

Un petit rappel général d’une partie du travail bénévole effectué par Notre association, tout ne pouvant être présenté pour protéger les familles et leurs enfants, sans vouloir attirer l’audimat hyper médiatisé comme certaines structures parrainées par des VIP ou membres du show buziness.

UN APERCU DES AFFAIRES TRAITEES PAR l’ “ AEDEPS ” – ex ADEPS, depuis 1985

Malgré que nous soyons en 2013 et qu’il s’est passé bien des choses depuis 1985, affaires solutionnées, ou en cours, ces dernières  couvertes par le secret de l’instruction ou les procédures y afférant, nous poursuivons nos actions avec, il faut le dire, des pensées particulières pour Yolande AMBIANA (voir articles sur notre site) et ses enfants dont elle a été privée depuis 13 ans, ainsi que Fabrice Delalande et sa fille Shanna demeurant à Cholet, qui subit les abus et pressions d’une ex compagne irresponsable qui pense avant tout à elle avant de penser à l’équilibre de sa fille, au Respect des Droits du père, aux Droits et Devoirs de celui-ci, lequel fait tout ce qu’il peut pour préserver sa gosse, qu’il s’agisse de sa santé, de son éducation, ou son statut de petite fille que nous, dirigeants de l’association “AEDEPS ”, apprécions beaucoup et aiderons autant que faire se peut avec l’aide et le soutien de ses grands-parents Arlette et Patrick G, vivant dans les Deux-Sèvres.

Dans le dossier d’Alexis G. et de sa fille Camille, il a toujours été souhaité que Mme Tatiana X, vivant dans le Gers, fasse en sorte que tout soit évité pour que Camille ne sombre pas dans l’engrenage, les pièges traumatisants de sa vie d’adolescente dus à une certaine irresponsabilité d’un parent qui veut à tout prix nuire à l’autre ; pour nous, les magistrats ayant charges de l’Enfance, et les services éducatifs d’Auch chargés de la protection et de la sécurité des enfants qui leurs sont confiés ont gravement faillis à leur charge et il est inadmissible, de Droit, que l’on continue à leur confier de telles missions mettant en péril filles et garçons fragilisés, perturbés par la vie… !

Dans tous ces dossiers délicats il faudrait que les magistrats, que les enquêteurs sociaux, ne fassent pas le jeu à charge, ou à décharge, pour tel ou tel parent, mais pensent avant tout à l’intérêt de l’Enfant, au respect indélébile des liens du sang père-enfant… !

Madame Christiane TAUBIRA, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, l’association que je Préside “ AEDEPS ”, vous lance un appel solennel pour mener une enquête approfondie sur les services cités, dont l’affaire Camille G. qui nous a toujours inquiétée, et pour laquelle le père et nous-mêmes peuvent apporter des détails précis et flagrants.  

MERCI Madame la Ministre pour votre prise en mains personnelle de cette affaire car, s’il avait s’agit d’une membre de votre famille, comment auriez-vous agie, ou réagie ?   (Cordonnées de l’association sur ce site).

*****************

Maintenant, après toutes ces mises au point, venons-en aux affaires traitées,

*** Divorce terminé, garde au père grâce à un incident de Mise en Etat avec enquête sociale, satisfaisante, divorce aux torts exclusifs de la femme.

Pour Monsieur ……………j’ai également obtenu des dommages et intérêts sur constitution de partie civile à l’encontre d’un dénommé ……………qui lui avait porté des coups à l’occasion d’une droit de visite parce qu’il allait voir son petit garçon au début de la procédure quand sa femme en avait la garde, ces dommages et intérêts ont été payés.

************************

Le divorce est terminé aux torts partagés, Monsieur a un enfant, Madame en a deux, il n’est pas exclu que dans l’avenir, je demande à nouveau car j’ai fait plusieurs incidents de Mise en Etat, plusieurs enquêtes sociales, la garde des deux enfants qui sont avec la mère actuellement, mais la procédure actuelle est terminée et le divorce transcrit.

************************

Divorce également terminé aux torts partagés, nous n’avons pas réussi à obtenir la garde des enfants. Le rapport d’enquête sociale n’était pas tellement défavorable à la mère qui est très aidée au niveau des travailleurs sociaux.

Monsieur …………….avait des antécédents d’alcoolisme et surtout il vit dans des conditions assez frustres à la campagne avec sa mère et l’enquête sociale a estimé qu’il n’y avait pas suffisamment de confort pour des jeunes enfants, divorce également terminé.

       *************************

Il s’agissait d’un divorce très difficile à l’origine qui se déroulait à QUIMPER, au départ la garde était à la mère, puis nous avions réussi à prendre des accords de divorce par consentement mutuel et Monsieur …………………a obtenu d’abord un enfant puis ensuite les trois enfants, finalement les époux se sont réconciliés.

************************

Le divorce est également terminé (demandé, accepté), nous avons obtenu la garde des deux enfants.

Au départ Monsieur en avait une et Madame en avait une. Après enquête sociale très défavorable à la mère, nous avons immédiatement saisi le Juge de la Mise en Etat pour obtenir l’autre enfant et nous l’avons obtenu immédiatement.

************************

Affaire très douloureuse, nous n’avons pas obtenu la garde des enfants, je suis intervenue qu’en cause d’appel, un de mes confrères d’AMBOISE étant saisi en première instance.

Le jugement de divorce accordait la garde des enfants au père mais il s’agissait d’une erreur matérielle, le Juge ayant cru que les enfants se trouvaient avec le père à la suite d’une erreur de date dans un courrier.

La femme a donc fait appel pour que la garde lui soit maintenue et nous avons perdu en appel car la Cour a estimé qu’il s’agissait véritablement d’une erreur matérielle et qu’il n’ait avait pas lieu compte tenu des bonnes qualités éducatives de la mère de lui retirer les enfants.

Monsieur ……….les voit beaucoup tous les jours car son domicile et son lieu de travail sont tout prêts de ceux de son épouse. Il continue d’y avoir des tensions entre les ex époux car Monsieur ………..voudrait une garde conjointe et n’a tout de même pas renoncé à l’idée d’avoir un jour la garde de ses enfants.

Je pense que dans l’avenir il est possible que les enfants fassent le choix de venir avec le père et il ne faut pas oublier les termes de la loi du 25/7/87 qui donnent obligation pratiquement au Juge d’entendre les enfants de plus de 13 ans et de motiver s’il refuse d’entendre les enfants de moins de 13 ans, ainsi nous pensons que dans l’avenir de plus en plus les enfants choisiront et leur opinion sera encore plus importante que celle des travailleurs sociaux notamment que les conclusions des enquêtes sociales.

************************

Toujours en cours, Monsieur …………est un peu buté. J’essaie de le raisonner pour qu’il cède sur les petites choses, pour obtenir les choses importantes qui concernent l’enfant.

Madame a la garde, ce qui importe c’est d’obtenir un droit de visite.
Tous les moyens sont bons à la mère pour essayer de réduire ces droits de visite et d’hébergement « à une peau de  chagrin ».

Nous nous battons pied à pied, référé en Décembre pour la grand-mère paternelle pour avoir l’enfant huit jours.     Incident de Mise en Etat en Février pour avoir l’enfant huit jours et j’ai encore plaidé cet été un incident de Mise en Etat pour les vacances d’Août. Monsieur………….a réussi à avoir son fils quinze jours en Août après bien des péripéties et rebondissements de procédure. Actuellement, je suis entrain de saisir le Juge de la Mise en Etat pour ..

… qu’il fixe de façon régulière un droit de visite et  un droit d’hébergement pour toutes les vacances scolaires, dans la mesure bien sur des congés de Monsieur ………….et de ses disponibilités pour les week-ends car il travaille de temps en temps.

Une affaire très douloureuse car Monsieur………..est un ancien alcoolique qui s’est soigné et Madame………… ; prend prétexte de cela, chaque fois qu’elle donne l’enfant à son mari, « on croirait vraiment qu’on lui arrache les tripes ». Les parents de Madame sont très difficultueux, d’autant que l’enfant vit principalement chez ses grands-parents maternels.

*************************

C’est la plus douloureuse de toutes. C’est une affaire dramatique. Monsieur……………n’a pas la garde de ses enfants mais on lui a même supprimé ses droits de visite et d’hébergement sur des adolescentes qui ont 12 et 15 ans.

J’ai moi-même entendu les enfants qui m’ont déclaré haïr leur père et souhaitaient sa mort. Monsieur……….en est malade. Il croit vraiment qu’il ne l’a pas mérité. Il réagit en grand nerveux en faisant des maladresses, notamment en menaçant sa femme lors de ses périodes de crise et en allant sur place. Il est même venu s’expliquer devant le Juge des enfants sur plainte de sa femme bien évidemment, le Juge des enfants  a compris son drame. Il a eu des poursuites devant le Tribunal de Police avec double condamnation de part et d’autre pour des coups.

J’ai même vu M………le dos criblé de coups de laisse de chien émanant de ses enfants. Actuellement nous sommes en appel car M………… continue de réclamer un droit de visite et d’hébergement sur ses enfants en dépit de leur opposition tenace mais également sur un problème de prestation compensatoire sous forme de rente qui a été fixée et là encore c’est inacceptable pour Monsieur…………de payer pour son épouse qui a de la fortune par sa famille alors que lui se « crève » au travail (il est boucher) et qu’il ne voit pas ses enfants.

D’autre part, le divorce étant définitif, il est transcrit, ce dossier est chez le notaire pour liquidation de régime matrimonial qui là encore ne sera pas facile. J’ai la chance d’avoir la confiance du client mais il est parfois découragé également non pas de la lutte car il est acharné mais de mon impuissance à trouver une solution dans une affaire qui n’en a pas sauf au niveau financier mais Monsieur………….n’en fait pas l’élément principal.

*************************

La procédure de divorce était assez mal partie mais on s’est arrangé et le divorce par consentement mutuel a abouti avec un droit de visite et d’hébergement qu’au début on lui refusait pour des causes graves, problème de comportement caractériel et de violences.

Confidentiellement, il  s’agit d’un client assez hypocrite qui a un comportement calme et « mielleux » par devant mais qui je pense doit pouvoir avoir des crises de nerf assez violentes à certains moments. Il est par ailleurs assez borné et je lui ai dit un jour ce que je pensais car il était allé voir un conseil juridique en ce qui concerne le problème de sa liquidation de communauté alors qu’il avait un Notaire compétent et moi-même pour le conseiller.

Le Conseil juridique lui avait dit exactement le contraire de ce qu’il fallait lui dire et il ne voulait pas en démordre.

Il a fini par comprendre ce qu’il en était et nous avons pu en terminer de la procédure, malgré son entêtement à ne pas comprendre les choses. Pour vous éclairer il refusait de signer les projets     d’état liquidatif de communauté sous prétexte que le notaire lui avait dit que cette liquidation de communauté n’aurait effet qu’après le prononcé du divorce.

Or la liquidation de communauté est toujours faite sous condition suspensive que le divorce soit prononcé, donc effectivement il devait signer mais la liquidation de communauté ne prenait effet qu’à la date du divorce. C’est ce qu’il n’avait pas compris et le conseil juridique lui avait dit effectivement qu’il n’était pas normal qu’il signe l’état liquidatif alors que celui-ci ne prenait effet qu’au prononcé du divorce et nous tournions en rond. J’avoue que c’est crispant pour un avocat de n’avoir pas la confiance du client, qu’il aille prendre conseil ailleurs surtout  quand cette personne est moins compétente en la matière.

*************************

Il s’agissait de demander soit un transfert d’autorité parentale soit un droit de visite et d’hébergement pour Monsieur………..sur son fils.

Là encore il s’agit d’une affaire assez douloureuse car Monsieur……………… ;et Madame……………..vivaient en concubinage, ils avait un grand fils de quinze ans et un plus jeune de 10-11 ans. Le grand fils est décédé en février 1987 alors que le couple venait de se séparer. Tout ceci n’a pas arrangé les choses (il est décédé d’une méningite) Madame…………..étant très traumatisée, Monsieur……………étant très nerveux.

Il avait caché l’enfant le plus jeune mais il se l’est fait reprendre par son épouse. Nous avons obtenu un droit de visite et d’hébergement. Madame…………..qui a demandé une pension devant le Tribunal de Grande Instance ne l’a pas obtenue car le Juge a estimé que sa demande était incompétente conformément à l’argumentation développée de ma part et le Tribunal d’Instance est actuellement saisi sur demande de Madame…………..

Le problème c’est que Monsieur…………… ; a changé d’adresse et que Madame…………qui a demandé le divorce n’arrive pas à le faite citer.

D’autre part, Monsieur…………………a été incorrect avec moi, et ne m’a pratiquement rien réglé de mes honoraires. Il a changé d’adresse sans me la donner d’ailleurs. J’avais fait une demande devant le T.G.I. mais avec requête d’assigner à jour fixe. Actuellement ce problème serait résolu car la loi du 25/7/87 prévoit que le Juge aux Affaires matrimoniales est compétent pour les problèmes d’exercice d’autorité parentale, de droit de visite et d’hébergement concernant les enfants même naturels,ce qui est nouveau, car avant il fallait aller devant le Juge aux Affaires matrimoniales pour les enfants après divorce, mais devant le tribunal de Grande Instance pour les enfants naturels.

Cela va accélérer les procédures concernant les enfants naturels.

*************************

Il s’agit d’une affaire un peu semblable à l’affaire……. C/…………….., d’ailleurs Monsieur………était ami de Monsieur………..et ils vivaient ensemble au moment où j’ai débuté les procédures, seulement comme c’était urgent et que Monsieur…………..ne  revendiquait pas vraiment la garde, j’ai fait en référé une demande de droit de visite et d’hébergement

Référé devant le Tribunal de Grande Instance pour demander un droit de visite et d’hébergement.

Le problème c’est que Madame………..a disparu, qu’on ne sait absolument pas où elle est, donc on a une décision qui nous accorde un droit de visite et d’hébergement, que j’ai fait signifier chez la sœur de Madame……………où apparemment elle n’habite pas. Monsieur……..a déposé plainte pour non présentation d’enfant mais tout cela n’aboutit pas tellement dans la mesure où on ne sait ni où est la mère ni où est l’enfant.

Monsieur………..est actuellement excédé de cette situation et je crois bien qu’il ne me retire rapidement sa confiance car il trouve inadmissible que je ne puisse résoudre le problème, pas plus que les autorités judiciaires puisqu’il a écrit au Procureur qui est aussi désarmé que moi devant cette situation

Les recherches dans l’intérêt des familles sont sans résultat la plupart du temps.

*************************

Il s’agit d’une jeune fille très gentille qui a fait l’objet d’une tentative de viol en juin dernier.

Fort heureusement elle a eu la présence d’esprit de faire semblant de coopérer et puis de détourner l’attention de son adversaire et de s’asseoir sur une margelle de fenêtre de l’immeuble pour crier « au secours ». La police est arrivée, l’individu a pris peur et il s’est enfui.

Nous avons attendu quelques jours pour déposer une demande d’Aide Judiciaire car elle devenait majeure en  juillet 1987 et nous nous sommes constitués partie civile devant le Juge d’instruction. Cette affaire est correctionnalisée et l’individu, à la suite du rapport d’expertise, est apparu comme un peu débile et ayant donc une responsabilité atténuée.

Actuellement fort heureusement, la petite Corinne………….. a repris sa scolarité dans de bonnes conditions et elle a retrouvé sa sérénité, elle était simplement profondément choquée sur le coup. Sur le plan corporel et moral, elle n’a pas de préjudice pratiquement. Elle avait déjà un petit ami et sa vie intime s’est continuée dans les mêmes conditions.

*************************

Là aussi, c’est une affaire extrêmement douloureuse. Madame……….était venue me voir, il y a deux ans, elle était enceinte, elle avait envie de divorcer (avant elle avait déjà un petit enfant) celui qu’elle attendait est mort par la suite en cours de grossesse

Son mari qui avait refusé à l’époque le divorce est venu me voir par la suite et Madame……….a accepté un divorce par consentement mutuel. Ce que ni l’un ni l’autre ne m’avait dit, c’est que Madame…………était alcoolique gravement. Elle est aide-soignante à l’hôpital et est actuellement en arrêt de travail. Elle refuse de se soigner et vit avec un Monsieur encore plus alcoolique qu’elle.

Elle a la garde de son enfant mais Monsieur…………vient de me dessaisir du dossier pour  changer de procédure et demander la garde de son enfant et il vient d’ailleurs de le récupérer.

En effet, l’alcoolisme de sa femme s’aggrave, elle a eu plusieurs accidents de la circulation en état alcoolique, des accidents très graves dont un dans lequel elle a été défigurée et actuellement elle continue de conduire en état alcoolique et sans permis.

Monsieur………..a donc très peur pour son petit garçon et il a décidé de divorcer pour  fautes et de demander la garde.

Je tiens à dire que si j’ai toujours le souci de l’intérêt de mes clients, j’ai avant tout celui de l’intérêt de l’enfant et que j’essaie de conseiller aux gens de rechercher l’intérêt de l’enfant avant le leur.

*********************

Cet adhérent ne savait pas très bien où il en était, nageait en eaux troubles et accumulait les incidents de par son agressivité et son irresponsabilité. Lorsque nous avons voulu creuser un peu plus dans son vécu pour tenter de l’aider à trouver une solution honnête, il n’a plus donné signe de vie.

**********************

Ce monsieur était en plein conflit avec son ex épouse et devait comparaître à Charleville-Mézières. Il est venu voir ce que pouvait lui apporter comme éléments l’association puis a estimé, après avoir eu les informations qu’il voulait, du moins nous le pensons, ne plus avoir besoin de nos services. Il n’a été réglé aucune adhésion de sa part malgré son engagement écrit et signé, mais « il a décidé » de faire un petit don à l’association, somme qui ne couvrait pas les frais engagés par nous dans ce dossier (déplacements, fax, téléphone, etc..) Il y a malheureusement des gens comme cela.

***********************

Cette affaire, pour l’adhérente, à ses yeux, ne paraissait pas logique car le Juge avait décidé le placement de deux de ses enfants chez le père et les deux autres chez les grands-parents paternels, mais il ressort du dossier que l’enquêtrice sociale a souhaité le maintien des mesures étant donné le manque de stabilité de la mère. Cette dame est irascible, agressive, qui voudrait avec son nouveau compagnon « tout briser », « avoir le Monde a sa botte »..! Pour non-respect des articles des statuts, menaces et insultes, le Bureau a décidé sa radiation.

Il s’agit cette fois d’une affaire longue, pénible pour cette adhérente, ses trois enfants, et son nouveau compagnon, mais très enrichissante pour nous.

Les premiers mots de cette femme quand elle nous a téléphoné la 1ère fois ont été : « que peut faire votre association pour moi, je ne sais plus à qui faire confiance, vous êtes mon dernier espoir ! »

Suite à un tel appel nous n’avons pu que la rencontrer ainsi que son compagnon et, le dossier étant très clair, très carré, bien ordonné, nous avons commencé à travailler dessus et avons pris rendez-vous avec l’avocate de l’association.

C’était une femme, ayant un mari très violent qui usait de sado-masochisme, qui a été contrainte de quitter le domicile conjugal avec ses trois enfants après que le mari ait défoncé la porte d’une chambre où elle s’était réfugiée après avoir fermée la porte à clef. C’était la nuit.

Il faut préciser qu’au début des faits ils sont propriétaires de leur maison.

Au bout d’un moment la gendarmerie a été appelée pour constater ce qui se passait, puis la mettre à l’abri avec ses enfants, mais au lieu de laisser la jouissance des lieux à cette maman et aux enfants, elle fut priée de quitter les lieux, en pleine nuit, pour ensuite, aidée des gendarmes, aller se faire héberger dans un hôtel de la région parisienne, et là ce fut le début d’un engrenage imprévisible pour elle les gendarmes cumulant les erreurs…

Lors de l’établissement du procès-verbal primaire se commet la 1ère erreur car, et c’est énorme, il est stipulé par les gendarmes «qu’ils sont intervenus pour protéger le père»…

A l’hôtel, la chambre était exigüe, vétuste et, comme souvent dans ce genre de procédure la Justice a été saisie et il a été désigné rapidement une assistante sociale qui, constatant que la mère était arrivée là sans argent ni vêtements de rechange s’est empressée, malgré les explications de la mère et des enfants, de faire un rapport au Juge demandant le placement en foyer ; notre adhérente travaillait dans une grande surface de la région.

Notre adhérente, seule, est dirigée suite à une dépression consécutive à « l’enlèvement » de ses enfants, vers un établissement spécialisé, et là elle rencontre son futur compagnon, militaire de carrière, qui rentrait d’opérations d’assistance en Afrique, ce monsieur était là pour se reposer mais vivait en caserne normalement. Elle vivant provisoirement à l’hôtel, t lui en caserne ils envisagent de s’installer ensemble dès que possible 

Le mari jaloux et violent de cette femme, car elle avait engagée une procédure de divorce, lui a fait perdre son emploi.

Cette première partie se passait en région parisienne.

Ne pouvant plus supporter les agressions de son ex mari tant envers elle qu’envers les enfants qui étaient toujours placés elle décide, avec son compagnon, de venir s’installer en Touraine où elle avait de la famille.

Son compagnon, qui faisait partie du Bureau de l’association, chaque week-end et selon son planning, faisait le déplacement pour la rejoindre dans le but de trouver un grand logement et entamer les démarches pour faire venir les enfants, ce monsieur prenait les enfants au foyer pour aller voir leur maman et les ramener.

Sur intervention des avocats de l’adhérente et de l’association, un Juge des enfants de l’Essonne décide dans un premier temps, avec le suivi par un magistrat de Tours, le rapprochement familial en plaçant les trois enfants dans un foyer de la banlieue tourangelle, pour enfin aboutir au retour définitif auprès de leur maman, c’est l’association qui a été mandatée pour effectuer le retour des enfants dans leur nouveau cadre de vie afin qu’ils retrouvent les liens très forts qui les unissaient.

La procédure de divorce toujours en cours, l’ex mari multipliait les incidents, allant jusqu’à venir en Touraine tenter de déséquilibrer son ex épouse et ses enfants qui, eux, avaient pour consigne de la Juge et de l’association d’appeler la gendarmerie aussitôt, et elle intervenait de suite.

Lorsque le divorce a été prononcé Monsieur n’était pas présent et il a été prononcé à ses torts exclusifs.

Maintenant tout ce petit monde a grandi  et tout va très bien.

 MES CONCLUSIONS D’AVOCAT

Des affaires il y en a, et il y aura toujours avec, souhaitons-le, une plus grande humanisation, une plus grande fermeté, sévérité  de la Justice envers les auteurs de délits et crimes sur enfants mineurs.

Je dois indiquer que la clientèle adressée par l’ “AEDEPS” ex ADEPS n’est pas tellement rentable pour moi, comme pour mes autres confrères, car ce sont toutes des affaires à problèmes et beaucoup avec Aide Judiciaire, mais ce sont toutes des affaires passionnantes sur le plan humain et parfois sur le plan juridique.

Finalement, les seules déceptions que l’on peut avoir c’est quand le client vous retire sa confiance alors que l’on s’est battu avec tous les moyens que l’on avait pendant toute la procédure.

Certains justiciables nous donnent une obligation de résultat mais, malheureusement, nous n’avons qu’une obligation de moyens comme le Médecin n’est pas obligé de guérir, mais simplement obligé de mettre tous les moyens qu’il a à sa disposition pour tenter de guérir.

On a aussi de grandes joies comme dans l’affaire …….., ou l’affaire ……., et on souffre avec les clients comme dans l’affaire …….., et enfin ……

Actuellement, des affaires graves sont en cours dans diverses juridictions, mais nous vous en parlerons quand elles auront été jugées.

En résumé, depuis 1985, la clientèle de l’ “AEDEPS” ex ADEPS n’est pas une clientèle qui laisse indifférent et j’aime ce combat que je mène aux côtés de son Président, de son Bureau, et des Membres de l’association   S.M.D (Maître Sylvie MOLUSSON-DAVID Avocate au Barreau de Tours), et le Bureau de l « AEDEPS ex ADEPS.

*****  Note de la Rédaction du Bureau, ce jeudi 11 octobre 2012:

Des affaires sont en cours, dont une dans le Gers qui nous touche particulièrement et qui devrait toucher à sa fin prochainement, car la vie d’une mineure âgée de 15 ans est en jeu et les services spécialisés qui en ont la charge sont incapables de gérer les souffrances, les errances de cette gosse qui se trouve paumée, manipulée par des gens peux recommandables.

juil 14

Exposition « Des Choeurs Pour Grandir » 14 et 15 juillet 2012

14 et 15 juillet 2012, l’Association « Des Chœurs Pour Grandir » organise sur le site de Pescalis, à Moncoutant (79320), une exposition « L’ART EN BALLADE« , où des artistes confectionnent, exposent, et vendent leurs œuvres au profit de « DCPG« , ci-dessous quelques photos prises lors de notre venue à l’invitation de la bien sympathique Présidente  Karine RENEAUME qui a pris ses fonctions récemment en remplacement de Mickaël JOLIVET :

      

    

 

                                                         *****************

PS : au fait, Mickaël et Sandy, BON ANNIVERSAIRE DE MARIAGE …. !

 

mai 22

Législatives 2012, France en danger, ou sauvée …?

Dans quelques semaines les élections législatives 2012 mais, grand danger, il faut réfléchir sur ce qui est ci-dessous, et je n’en dirais pas plus car c’est déjà trop pour des gens honnêtes et sains de corps et d’esprit …; françaises, français, réfléchissez, épluchez un peu plus les affinités de vos candidats, et mettez de l’ordre autour de vous !

****  Concernant la modification en sous-main de la Loi qui opportunément, ne permet pas de dissoudre la Scientologie, tous les regards devraient se retourner vers la majorité présidentielle: comment un obscur député UMP a-t-il pu , sauf agissant sur ordre de sa hiérarchie, modifier « discrètement » le texte de Loi au profit de la pire des sectes ?!?! Tom CRUISE, n° 1 de la secte, n’est, semble-t-il, pas venu voir un « certain ministre des Finances » pour le seul plaisir de visiter Bercy…..

Faudra-t-il rappeler à l’exécutif pour les régionales, cantonales et les futures présidentielles , que nous vivons dans un pays laïque, affranchi de toutes les influences confessionnelles et à fortiori de toutes les sectes ? Que la « Cellule de veille » de l’opinion prennent bien le pouls de cette dernière: Les Français se souviendront de tout pour 2012 .

mai 06

Le peuple français a voté, espérons que François Hollande tienne ses engagements

                 

 Ca y est François, Félicitations

Sarkoland and Co, ça suffit, c’est FINI, maintenant place à la Justice…. !

Il est temps que celui qui a bradé, prostitué la France depuis bientôt 20 ans arrête de se placer en victime, lui qui s’est indécemment augmenté de 174 % environ, qui a fait nommer ses complices à tous les postes clés du pays, et encore récemment chez SFR, parmi tant d’autres profiteurs de tous bords et toutes confessions. 

STOP aux privatisations, aux abus, le sol français appartient avant tout aux français et aux étrangers venus travailler sur notre sol. Chapeau au agriculteurs de Loire-Atlantique, de la Région Pays de Loire et d’ailleurs, qui se battent pour conserver leurs terres face au business aériens.., pour faire vivre leurs élevages et leurs cultures car, chez nous, on peut produire, vendre, fabriquer, et manger français.

Les retraités seront bientôt sous les ponts à cause de lui et, pendant ce temps, il se dore avec ses potes milliardaires sur notre dos, dont certains ont obtenus des marchés sans aucun appel d’offres effectué dans le Respect du Droit.

Maintenant, il faut que dans chaque Région, Ville, Commune, tous partis confondus, on travaillent tous ensembles pour redonner à notre pays les valeurs pour lesquelles nos grands-parents et parents se son battus au prix du sang, car il est encore temps d’éviter des abus et des délocalisations qui mettent en péril depuis trop longtemps La France que nous aimons.

Il est grand temps que nos entreprises, nos clubs sportifs, nos associations, ne soient plus entre les mains de groupes financiers, de nébuleuses diverses, de rois, d’émirs, de magnats du pétrole ou autres « sensibilités » diverses… qui mettent en péril notre honneur et notre indépendance.

En envoyant ce texte, les modérateurs des services de presse, s’ils l’avaient reçus, s’empresseraient de le censurer, à moins de ne pas subir de pressions dictatoriales de haut vol mais, ça ne fera rien car il paraîtra ailleurs, dont sur ce site, et c’est tant mieux pour les lecteurs encore libres..de penser et de s’exprimer…!

Maintenant, dans le respect des candidats, il faudrait que chaque français qui ouvre son porte-monnaie, qui attend son bulletin de paie, le versement de sa retraite et de sa complémentaire, la couverture complète de ses soins (CPAM et Mutuelle), ou qui va faire ses courses dans des boîtes qui ne pensent qu’à s’en mettre plein ses poches et, qu’enfin que chacun de nous pense que celui qui sortira vainqueur des urnes, s’attache, à la lettre, aux engagements qu’il a pris noir sur blanc..

Maintenant, Monsieur le Président François Hollande, il faut que vous fassiez un travail irréprochable, sans concession, sans compromission, en tenant à l’écart celles et ceux qui se protègent derrière des « outils » manipulés par les uns ou les autres en faveur d’intérêts personnels ou de copinages indécents protectionnistes.

Vive la République, vive le Respect de TOUS les français, VIVE LA FRANCE.

Bon courage à l’heureux élu, et à bientôt pour « Une France qui risque de bouger ».

Signé  Jeannot 7937

 


Avec les trop nombreuses dérives depuis plus de 10 ans…

Depuis plus de 10 ans La FRANCE ne représente plus rien, elle est à la dérive sociale, financière, bref décadence générale, mais espérons que Notre Nouveau Président de la République saura, très rapidement, choisir auprès de lui les bonnes personnes non condamnées, saura écarter les copinages de clans, loges ou autres groupuscules oeuvrant en sous-marin…!
Que le Président F.Hollande et ses équipes nationales, régionales, cantonales, se rapprochent au maximum du peuple d’en-bas…
Bon courage à toutes et tous, nous vous avons fait confiance, ne nous décevez pas car le retour risque d’être brutal..

avr 08

Yolande AMBIANA … Cris du Coeur vers le Cameroun…

« I HAVE A DREAM »

 IF WE LOSE A HAIR OF OUR CHILDREN,

 WE ARE A DREAM FOR ALL OF THEM

 Faisons-nous face

À  l’aube de l’an deux mille, j’ai été amputée de mes trois enfants, qui ne peuvent venir à ce jour encore jusqu’à moi. La raison est très simple, bien que j’aie pu les mettre au monde, on leur a enroulé un long cordon autour du cou, qui les empêche d’apparaitre : au grand Jour .

Si dans sa mansuétude, les voies du ciel m’avaient donné une fille, elle aurait aujourd’hui douze ans. Elles me la révèlent simplement, en m’ouvrant largement le regard. Mais si vous ne la voyez pas vivante, c’est qu’à vos yeux les siens sont clos. Nous l’appelons pourtant d’une seule voix en :

                                                    La VÉRITÉ

Jeune et belle comme Vanessa TCHATCHOU, la vie en elle vaut pour tous. Née dans la jungle elle crie pourtant, mais personne ici ne l’entend. « SHE IS A DREAM ! »… Alors, mon rêve à moi, est qu’elle soit ressuscitée aux yeux de tous, de son prochain de ses contemporains, que sa naissance soit célébrée, afin que soit chassée la Légion des honneurs qui l’accablent. Ils sont nombreux, et laissent en toutes les langues échapper leurs noms de nos bouches :

« Violence ; Discrimination ; Polémique ; Déni ; Hypocrisie ; Insanité ; Intolérance… Et j’en passe… »

Ma Parole n’a donc d’autre vocation que de nous faire entrer en communion, dans la souffrance de la chère enfant Vanessa, des miens et tous ceux qui subissent le même affront. Car il est dit chez moi de la Femme: « Elle est la porte où apparait l’enfant ».

Son drame a permis à la voix d’une partie du peuple, de s’ériger pour pousser son cri : Non !!! Dire « Nom » à l’injustice. Mais son désarroi permet aussi aux gens du peuple que nous sommes, de nous regarder dans les yeux pour découvrir enfin, de quelle source peut bien jaillir une telle hémorragie. C’est ainsi que j’ai pu voir nombre de yeux fermés ; Des failles notamment soulignées par des écrivains, dont la main est venue exhumer, tant de nos pairs qui s’y sont vus précipités.

En deux-mille ans et même avant, des livres, des plus anciens à nos jours, ont spécifié ces enlèvements d’enfants. L’un d’entre eux des plus célèbres, nous l’appelons : MOÏSE. Documentaires et films ont suivi à foison, mais certains d’entre nous, ne les voyant que d’un œil torve, avons cru quelques fois que leurs lignes réfractées, ne serviraient pas notre cause. Devenant réfractaires à toute nuance, ils parlèrent alors de dénoncer de façon souveraine, l’injustice et les violences que nous subissons. Certains y voyaient même une allégeance à leur ancien colonisateur, tant nos failles cachées peuvent donner le vertige, à ceux qui n’en ont pas été avertis.

Des femmes écrivains comme Axelle KABOU, ont ainsi été décriées sur la place publique de nos opinions, étant perçue comme : la main nègre du colon blanc. Des précurseurs de la psychanalyse tels que Carl Gustav JUNG, avaient déjà auparavant, dévoilé bien des travers de l’âme humaine. Mais bien avant, les savants arabes auraient percé le mystère des Hiéroglyphes égyptiens dès le IXe siècle, c’est-à-dire mille ans avant Champollion, et bien au-delà encore… Alors cette fille la Vérité, que nous avons tant décriée, serait peut-être bien plus ancienne qu’on ne serait porté à le croire.    

Au confluent de nos cultures, mon sang mêlé ne verse pas plus d’un côté que de l’autre, même si je peux me voir souvent écartelée. Les fortes turbulences que nous traversons aujourd’hui doivent nous permettre de prendre ce recul en faisant une analyse comparative de deux situations très graves, sans rentrer dans ce que nous pourrions être tentés d’appeler, la logique de la concurrence mémorielle, où la comparaison de deux visions qui peuvent sembler à tort ethnicisées.

Lorsque, à 35 ans, je me suis vue arracher mes trois enfants, l’innocence ne paraissait plus aussi clairement sur mon visage ;

Alors trop maquillée sous le feu vif des projecteurs de la jeune Télévision Camerounaise, nombreux voyaient en moi une oie à moitié blanche, qui se serait mariée à un homme célèbre et fortuné, pour se repaitre de son argent ; Maître corbeau qui, à la croisée d’intérêts politiques divers, haut perché sur la branche d’une opposition vacillante mais fascinante, a basculé sous un régime qui en soumet plus d’un sous le soleil cuisant de notre république. Enfin, ce qui ne redore pas mon blason pourtant déjà bien métissé, ce sang mêlé pourrait troubler la vision de tous ceux qui ne voient pas sur quel bord je pourrais bien me trouver, ne sachant pas exactement où me situer, devant leur échiquier.

Pourtant, mes enfants m’ont été enlevés, alors que je me trouvais aussi affaiblie sur un lit d’hôpital, avant de me voir expulsée de l’appartement parisien loué par leur papa. Nous y avons passé ensemble la Saint- Sylvestre de l’an 2000 – Curieuse manière d’abandonner son mari ou même ses enfants, surtout lorsque certains de mes médecins se souviennent l’avoir rencontré, et qu’il me l’a confirmé par une lettre écrite de sa main – Dans les veines de ces enfants arrachés à leur mère que je pleure tous les jours, ceux des miens, et aujourd’hui celui de Vanessa, coule abondamment du sang : BAMILEKE. Dans les deux cas, nul ne peut le leur retirer, ni le mien ! Et pour tous ceux qui viennent d’ailleurs dans le monde, les parents subissant le même sort ne peuvent récupérer leur sang sans perdre leur enfant, et là encore, pas sûr qu’ils parviennent à  le ramasser… N’est-il pas vrai ???

Dans ces rapides où nous entrainent nos barques folles, où elles prennent de l’eau de toutes parts, nous risquons le naufrage ; Car nos enfants tels des poissons nagent dans des lits différents, mais qui viennent d’un même fleuve.

Ma situation, celle de mes enfants et bien d’autres, parle de cette inhumanité infligée au bébé FEUZEU de Vanessa. Et je crois qu’à ce propos, mes précédents articles reflètent bien la souffrance que toute mère – de race Humaine – peut ressentir face à ce drame, qui déshonore toute une Société. La seule différence dans cet acte ignoble qui fait offense à tout enfant, et elle n’est pas des moindres (Ni même moins troublante) ; Dans le cas de mes enfants :

Celui qui les enlève et les manipule depuis douze ans ! N’est autre que le tout premier homme à apparaitre dans l’existence de chaque enfant pour normalement le protéger : Leur géniteur. Son cynisme a même dépassé le cadre des frontières d’un pays, puisqu’en tissant une toile savante tout autour d’eux et en se faisant des alliés, il a usurpé le titre de papa, que tant d’autres mériteraient. Ainsi, mes enfants sont la proie d’un lavage de cerveau et d’une manipulation permanents, auxquels s’ajoute un chantage outrancier, une collusion honteuse de personnes qui s’est tue ou a dénié mon légitime statut de maman. Une maman est certes limitée dans ses déplacements, mais ne vous y trompez pas, une mère elle, à des ailes, et peut traverser l’océan d’ignorance de la nature Humaine !

C’est elle qui m’anime, voilà pourquoi le Ciel m’a comblée des enfants de la chair autant que de ceux du cœur… Voici pourquoi je suis fondée ici d’appeler Vanessa : ma fille.

Comment s’étonner alors qu’un homme, le premier à enfreindre la Loi, déshonorant la vie de ses propres enfants, puisse passer outre toute autre loi ne servant pas ses intérêts ! Car en bafouant ainsi leurs Droits, il est aussi le grand tenancier d’un Barreau que l’on connait. Alors si nul n’est censé ignorer la Loi, lui devrait nous apprendre à la respecter :

La CIDE a été ratifiée le 20 Novembre 1989 à l’UNESCO, entre autres femmes de Chef d’État, par Chantal BIYA, en présence du Président de l « AEDEPS« , ex « ADEPS » qui était invité. Or, Pour être instruite au Cameroun, toute procédure d’assignation d’un membre du Barreau doit, obligatoirement, recevoir l’assentiment… de son Bâtonnier !

                                                      Ce fut le silence….

Un silence assourdissant, mais cet air là une Vanessa le respire tout autant que moi à pleins poumons, bien qu’après quatorze interventions, il ne m’en reste plus que la moitié…

Alors quand souffle l’Ouragan, selon que l’on se trouve au centre, dans l’œil du Cyclone, ou bien à la périphérie, nous entendons deux sons de cloches bien différents :

Dans certains cas, comme celui de l’enfant de Vanessa, les mots qui feront tournoyer les têtes pour qualifier le crime, prendront l’accent d’un vent du Sud :

   « Atroce… Horrible… Indigne… Inhumain… Suprême offense…À notre Humanité !!! »

Dans d’autres cas, comme celui des miens, des têtes gèleront sous l’accent d’un vent glacial,

Et la situation deviendra je cite :

     « Personnelle… Familiale… Délirante… Vénale… Honteuse… Pitoyable… Ridicule… »

Sous un tel règne notre chère enfant va se voir affublée du sordide vocable de « Martyre »,

Pendant que ma tête de maman prendra l’allure d’une « Écervelée ».

Au bout du compte, comme dans mon « Noble petit chaperon rouge », rien là de très glorieux à mettre sous la dent d’un digne Loup. En clair, si l’innocente Vanessa s’était retrouvée à ma place, avait pris mon ancien visage, à l’heure où le printemps n’avait pas encore fait fleurir toutes nos vocations et si je m’étais trouvée  à la sienne, il va sans dire que j’aurais été encensée mille fois, et elle assassinée dans l’ombre...

Ainsi, je souhaite de tout cœur que toute maman retrouve son enfant et lui souffle mon air doux de Liberté ; Mais si nous nous bornons à regarder cette situation sous l’angle de la seule restitution de son bébé à Vanessa, alors personne n’ouvrira les yeux Ici-bas en Vérité ;  Le Crépuscule des crapules n’est pas près d’arriver, le règne du crime et de la loi de la Jungle auront de beaux jours devant eux.

EST-CE VRAIMENT LA VIE DONT RÊVENT NOS ENFANTS ?

                                                   Yolande MARIE AMBIANA

                                           

Note du Bureau de l’ « AEDEPS« , dont Yolande, votre maman, est l’Ambassadrice bénévole, mais d’un dévouement efficace et honnête :

Vous pouvez retrouver l’intégralité de son texte qui a de quoi faire réfléchir, ainsi que les réactions à celui-ci sur :

http://www.facebook.com/notes/yolande-ambiana/-i-have-a-dream-/3477382292484 ,

à moins de ne pas avoir avoir de Coeur, ou rien dans le pantalon…!

       Vous pouvez aussi visiter le site de l’association: www.aedeps.org 


Pour conclure, Isabelle, Charles-Olivier, Céline, votre Maman vous aime et vous lui manquez beaucoup et, la connaissant très bien, sachant la gravité de sa maladie rare, elle ne mérite pas ce qu’on lui fait subir depuis des années…

avr 08

CAMEROUN ..Un père divorcé prive ses trois enfants de leur mère..

LA FRANCE AU CAMEROUN…  BONNE ANNEE 2012 !

 Un  père divorcé prive ses enfants de leur mère depuis 12 ans

EN CE DEBUT D’ANNEE 2012, NOUS LANCONS UN APPEL A UN PAPA CAMEROUNAIS QUI PRIVE SES ENFANTS DE LEUR MAMAN DEPUIS TROP LONGTEMPS, CETTE INTERVENTION N’EST PAS  UNE ACCUSATION, MAIS UN APPEL A  LA RAISON !

Depuis plus de 7 ans nous connaissons une maman qui a double nationalité, anglaise et camerounaise, malgré qu’elle soit née à Rennes, donc avec des documents officiels émanant de la République Française.

Le fil de la vie a conduit au Cameroun cette femme qui, grâce à des études brillantes, a accédée  aux plus hautes sphères des médias de la télévision nationale, de la presse en général. De plus, elle est une grande passionnée de musique, de compositions musicales.

Cette femme maman de 3 enfants, divorcée grâce à la Justice française face à un pays, le Cameroun, fait face aussi à des groupes qui veulent tenir les rennes d’un pouvoir archaïque dépassé, qui restent campées dans leurs traditions refusant divorce ou séparation, mettant en danger la « femme » qui veut retrouver sa liberté pour des raisons plausibles et justes, s’arc-boutant sur les bases de certains clans « tenant » entre leurs mains un pays, une famille, des vies, voire des enfants, sous le couvert de lobbies mondialement connues, ceci peut s’apparenter à une certaine oligarchie dépassée et rétrograde à l’époque où nous vivons, le 21ème siècle .

Il y a l’appât du gain du pétrole dans cette zone de l’Afrique qui attise bien des convoitises, des abus, menaces et chantages de toutes sortes avec, souvent, la complicité de beaucoup de pays irrespectueux des Conventions Internationales des Droits de l’Homme, de chefs d’Etat, de membres d’organisations diverses, de spécialistes du Droit largement arrosés « au nom de la Paix »… !

Dans toutes ces affaires internationales il y a des gens biens, quelques politiques honnêtes  et sérieux tentant d’agir pour le bien de leur pays et de leur peuple (malheureux, opprimé, démuni de tout), mais aussi des magistrats et avocats honnêtes  mais, dans ce monde il y a beaucoup de « spécialistes véreux », pour ne pas dire « MARRONS » qui, refusant un divorce légal prononcé par une Justice étrangère mettent en péril, avec la complicité de leur entourage, des dirigeants d’Etats derrière lesquels ils se protègent, privent des enfants de leur mère (bientôt 13 ans), arguant d’accusations fausses et dilatoires à l’encontre de celle-ci, surtout face à des enfants nés de l’Amour à cette période de la Vie.

Précisons la situation de cette maman, et de ses enfants pris en otages au Cameroun illégalement depuis trop longtemps.  Cette femme que nous apprécions infiniment pour son courage général, malgré tout ce qui est dit et raconté par le papa, (si on peut l’appeler ainsi),  imbu de sa personne, de ses effets de manches, de son irrespect face aux articles de la Convention Internationale des Droits de l’Homme signée en 1989 par Madame Chantal BIYA, 1ère Dame du Cameroun, lors de la Conférence de l’UNESCO à Paris, entourée de toutes les Premières dames d’Afrique ; s’il vous plait, Madame BIYA, ramenez ce père que vous connaissez bien à la raison.

La maman dont nous parlons souffre tant par sa maladie rare et très grave, que par son manque d’enfants provoqué par un homme inhumain et irresponsable, malgré la déontologie dont il est sensé être garant, mais cela est une autre affaire et sous sa seule responsabilité parentale.

Cette maman, que nous suivons depuis 2000, nous avons su l’apprécier au fil du temps grâce à son courage pour lutter contre  une « endométriose pulmonaire » qui la ronge dans le temps et qui l’a obligée à quitter son pays, le Cameroun, où vivent ses enfants manipulés, ses parents, pour venir se faire soigner en France où seules des unités médicales spécialisées sont capables de la soulager, faute de la sauver ou guérir « définitivement »….  Elle a fait face à tout pour s’en sortir,  cela malgré un « commando » (dans un hôpital parisien) qui a tenté, il y a quelques années, de la débrancher de ses appareils alors qu’elle se trouvait sous surveillance en soins intensifs, mais là encore c’est une longue histoire à laquelle des enfants manipulés ne comprendront rien… !

Malgré tout ce qui a pu être raconté sur son dos pour la détruire, ou lui nuire aux yeux de ses enfants, qui sont partie de sa chair et de son sang à vie, ceci est facilement vérifiable auprès des autorités compétentes ; il faut que ses enfants sachent que leur maman est une femme droite, honnête, humaine, dotée d’une sensibilité à fleur de peau, et que jamais, jamais, contrairement à ce qu’a pu laisser entendre son ex-époux qui est loin d’être UN ANGE au dessus de tout soupçon, elle ne s’est prostituée. Sa maladie rare ne lui laisse guère le temps de « souffler » et de sortir de son petit 2 pièces sous les toits. Les médecins qui la suivent pourront le confirmer aisément et seront horrifiés à l’idée qu’on puisse tenir à son insu de tels propos diffamatoires.  .

En conclusion, Monsieur, si vous lisez ceci, arrêtez vos acharnements, relisez bien en totalité, et non entre les lignes,  le Droit International et permettez, à vos enfants de voir et de contacter l’autre parent vivant en France, sans réticence, sans à priori, sans haine ni esprit de vengeance, et ce dans le Respect de la CIDE, dans le RESPECT de ce DROIT INTERNATIONAL dont vous devez être, de par votre profession, le garant incontournable à l’échelon mondial.

PS: Nous en profitons pour souhaiter un Très Bon Anniversaire, ce dimanche 19 février 2012, à Isabelle, elle se reconnaîtra..!

avr 08

NIORT 2012, Un Papa harcelé à tort par la justice…

GRAVE ERREUR JUDICIARE EN COURS

JANVIER 2012
NIORT

DEUX-SEVRES
                                  
Un Papa Harcelé à tort par la Justice …

Bonjour, et Meilleurs Vœux 2012 à toutes les équipes rédactionnelles de la presse écrite et télévisuelle …,
à la Magistrature et aux politiques, à la veille des Elections Présidentielles.
 
Pour avoir très bien connu, et approché la « Nouvelle République du Centre-Ouest » à Tours ainsi que d’autres groupes de presse rencontrés lors de multiples congrès et assises organisées en France dans le cadre d’échanges inter-organisations traitant de la Famille et de l’Enfance, ainsi que des magistrats connus, sans oublier des procès très médiatisés où nous étions partie civile, nous nous permettons simplement de  vous glisser à l’oreille, qu’actuellement, sur Niort, et depuis bientôt 1 an (février 2011), un père et sa compagne sont « suspectés », sans plainte aucune, d’attouchement sur mineur par une de ses filles âgée de 12 ans.
Cette gamine, entraînée par une copine placée en famille d’accueil de la commune où elle vivait, a fugué en disant par la suite aux gendarmes (…**…), que son père, et sa compagne, « avaient eu des gestes déplacés sur elle », tout un programme savamment calculé, selon nous, pour que cette gosse aille vivre chez sa mère avec la complicité de celle-ci…, surtout quand on connait bien le dossier tant familial que judiciaire qui n’a que trop duré.
Au fil du temps notre association, connaissant très bien le papa et cette famille recomposée depuis 2004, a appris à les apprécier, à constater qu’ils ont tout bien fait, et sans violence, dans l’intérêt des enfants. Nous suivons ce petit monde avec la plus grande attention et, même si les structures comme la nôtre n’intéressent pas les médias pour les raisons que l’on sait …, nous sommes scandalisés par l’acharnement judiciaire, l’atteinte à personne, l’atteinte à la vie privée, le préjudice moral et professionnel causés à notre adhérent et à sa compagne, et oui, un p’tit dossier comme ça peut remonter une certaine cote et faire du médiatique judiciaire creux.
Il serait grand temps que le magistrat qui est derrière toute cette machination machiavélique et nauséabonde, arrête cette façon d’agir en se disant que la Justice a été manipulée depuis le début par cette gamine, et classe ce dossier sans suite. Surtout, on insiste, sans qu’aucune plainte n’ait été déposée, juste des allégations qui, par la suite, se décantent en suivant des échanges entre la mère et la fille relevés sur Facebook, ou grâce à des documents, écrits par cette môme ou sa copine, retrouvés chez le papa, donc chez notre adhérent, après le départ de la gamine.
L’avocate niortaise, très connue selon nos sources, ne peut rien faire tant que le dossier n’est pas clos au niveau des enquêtes en cours, et là nous sommes très surpris par ce système injuste.
Cela laisse penser que l’on « veuille se faire un papa sans défense » au lieu d’aller creuser là où il faut ; malheureusement, pour les victimes de ce genre de harcèlement, en l’occurrence un papa, il est pratiquement impossible pour lui de prouver sa bonne foi, même en justifiant sa défense par des enregistrements téléphoniques, des documents trouvés à son domicile, donc des preuves irréfutables.
NDLR de l’AEDEPS
Dans ce genre d’affaire délicate, il y a eu beaucoup d’erreurs judiciaires et, très souvent, les accusateurs (ou accusatrices) se sont retrouvés sur le banc des accusés, là où est leur place, après avoir tout tentés pour nuire à l’autre parent, dans le cas présent notre adhérent qui est victime depuis trop d’années, de machination, de l’irresponsabilité, de la jalousie, voir de la connerie humaine.
Conclusion :
Qu’on arrête ce harcèlement, qu’on laisse vivre en paix  cette famille recomposée, et Grand Merci à celles et ceux qui auront lu ce texte, qui le feront paraître pour obtenir réparation, aux magistrats et fonctionnaires de police qui se seront rendus compte qu’ils ont fait fausse route car il est parfois important de reconnaître ses erreurs…. !

Dernière minute, ce 14/04/2012, nous apprenons que ce dossier a été classé sans suite par le Parquet Général de la Cour d’Appel de Poitiers, ce qui donne droit aux personnes suspectées à tort, de déposer plainte, conformément aux articles 226-10 et suivants du NCPC, pour « dénonciation calomnieuse et mensongère » envers les auteurs de telles suspicions ou accusations.