nov 03

« Le PARAMY » Un restaurant asiatique très sympa à Pouzauges 85

**** Nous venons vous présenter un Restaurant asiatique très sympathique à Pouzauges 85700, où Madame TING, et son équipe, propose des plats de grande qualité à des prix très corrects, sur place ou à emporter mais, plutôt que des mots, visitez le site pour vous donner une idée, et envisager de futures réservations : www.restaurantleparamy.com ;

..car nous avons été transportés au pays des saveurs, des senteurs, de l’exotisme!

Merci Madame

313048_373f0c6c12bd492284c4fe16b8c45e63

313048_81cb770843ec4d52b20f68a394242bc4 313048_773d352004ac4a519e5ed3e358392b2f

Chez Ting où les parfums de l’Asie se mêlent à ceux du bocage. De ses origines laotiennes elle a gardé le goût d’une cuisine parfumée, riche de senteurs, de couleurs et de  plaisirs. Elle a apporté dans ses bagages les épices, le goût pour les mélanges salés-sucrés, les mariages de la terre et de la mer, la richesse du gingembre et la fraîcheur de la citronnelle. Elle est heureuse de vous faire partager sa cuisine qu’elle offre avec son sourire comme un bonheur du jour.

La salle toute en couleur de son restaurant invite à la bonne humeur.

Ting est un personnage comme son restaurant: Haut en couleurs.

Ting partagera volontiers ses recettes avec vous si vous le lui demandez.. Tendez bien l’oreille car tout comme dans les familles les recettes se transmettent de mère en fille en grand secret.

Alors même si ce n’est pas tout à fait les recettes de Ting nous vous en avons réservées quelques unes parmi les plus connues de la cuisine asiatique.

fév 17

« Papilles et Pupilles »… Un blog culinaire complet très sympa…!

Passionnés de cuisine nous tenions, après autorisation  d’Anne LATAILLADE qui était au Pérou ces derniers jours, mais est revenue, nous ne pouvions faire autrement que vous présenter son blog très intéressant qui, au fil de ses découvertes culinaires à travers le Monde, mettent l’eau à la bouche alors, les amis, bonne visite, n’hésitez pas à participer à son travail, et à  cuisiner. Son URLhttp://www.papillesetpupilles.fr/
Agneau laqué à l'asiatique
Merci  Anne, et Bonne continuation 
Anne Lataillade
auteure enthousiaste
de Papilles et Pupilles

Je m’appelle Anne, je vis à Bordeaux et je suis depuis 2005 celle qui partage sur ce blog recettes, coups de cœurs, voyages et reportages. Si vous voulez connaître le début de l’histoire (bon sang mais pourquoi ce blog), c’est par ici que cela se passe… En savoir plus .. (en vous rendant sur son blog)…

jan 07

Cybermarché de produits asiatiques en France

En visitant le site de cuisine coréenne, j’ai trouvé ce site spécialisé dans la vente de produits asiatiques en France, site de confiance après vérification, donc n’hésites pas :

http://www.asiamarche.fr/

ASIAMARCHE est le 1er cybermarché de produits asiatiques en FRANCE.

Depuis plus de 10 ans, nous proposons à nos cybergourmands un millier de produits, permettant aux cuisiniers en herbe comme aux grands chefs de préparer de délicieux plats issus des cultures asiatiques. Au revoir les plats industriels, faites fonctionner vos sens et laissez vous emporter par nos diverses saveurs exotiques.

Nos spécialistes en cuisine asiatique vous invitent également à découvrir ces nouvelles saveurs au travers de nos recettes filmées.

Afin de vous garantir une visite de notre site en toute confiance, ASIAMARCHE vous permet d’effectuer un paiement sécurisé en ligne.

Ainsi vous recevrez votre commande chez vous en colissimo par La Poste.

A table, Bon appétit !

oct 30

Soupe Pho au poulet

Voici un souvenir d’un voyage au Vietnam.

Le Phở ( prononcez « Feu « ) est le plat national vietnamien. Cette soupe est composée de nouilles de riz, de morceaux de bœuf ou de poulet et d’herbes aromatiques ( Coriandre, Basilic.. ), le tout cuit dans un bouillon de bœuf ou de poulet. A ses débuts, la soupe Phở était dégustée au petit déjeuner, mais cette tradition n’a pas perduré et les vietnamiens en mangent à toute heure de la journée.

023

D’après l’histoire, son nom viendrait du plat français, le pot au feu et serait dû à l’influence française pendant les colonies mais l’origine du nom n’est pas certaine. A l’origine, il n’y avait pas de bœuf et la viande serait arrivée avec les français au 19éme siècle.

Un Phở du nord ne sera pas identique au Phở du sud puisque certains ingrédients sont ajoutés comme le soja. On trouve aussi du Phở au poulet.

L’avantage du Pho au poulet, c’est que l’on peut préparer cette soupe dans l’après-midi pour le soir, car elle est plutôt rapide à préparer.

Ingrédients pour 4 bols:

Pour le bouillon

  • 1 poulet jaune fermier
  • 2 cm gingembre frais émincé
  • 2 gros oignons coupés en deux en longueur
  • 2 clous de girofles
  • 1/2 étoile d’anis (badiane)
  • 1 gousse d’ail
  • 1/2 bâton de cannelle
  • 2 branches de citronnelle
  • 2 graines de cardamone (écrasées au mortier)
  • 1/2 cuillère à café de poivre fraîchement moulu
  • 1 cuillère à soupe de gros sel

Pour servir :

  • 4 feuilles de chou chinois
  • 1 boite de pousse bambou émincé
  • 100 gr de pâtes au riz – j’aime celles qui sont de la largeur des tagliatelles
  • quelques branches de coriandre ou de cerfeuil
  • 2 oignons émincés
  • 1 citron vert

Préparation :

  • Préparation du bouillon
    • Dans une grande marmite, verser 4 litres d’eau avec la cuillère à soupe de gros sel.
    • Découper le poulet : pour cela, détacher les cuisses, les ailes, séparer le haut de la carcasse du bas, et couper le haut en deux.
    • Les mettre dans l’eau froide et porter à ébullition.
    • Très important : le bouillonnement ne doit jamais être trop important sinon le bouillon ne sera pas clair.
    • Enlever l’écume au fur et à mesure qu’elle se forme pendant une dizaine de minutes, et profitez en pour écumer le gras.
    • Le bouillon à présent doit être bien clair et bouillonner à petit feu
    • Pendant ce temps, dans une poêle, faire dorer les oignons coupés en deux. L’oignon un peu caramélisé va donner un bouillon un goût un peu sucré et une jolie coloration brune
    • Passer le gingembre au mortier avec la cardamone, puis transférer dans le bouillon, ainsi que toutes les épices comme la badiane, la citronnelle coupée en deux dans le sens de la longueur, la cannelle, le poivre et le gros sel
    • Faire bouillir ainsi une bonne 1/2 heure, toujours avec un léger bouillonnement
    • Au bout de la 1/2 heure, sortez les morceaux de poulet, détacher la chair des os, et remettre les os dans le bouillon, tandis que la chair attendra au réfrigérateur
    • Laisser encore cuire une heure
  • Au moment de servir
    • Emincer les feuilles de choux chinois et les oignons
    • Couper en 4 le citron vert
    • Passer à l’eau les pousses de bambou pour enlever les conservateurs
    • Emincer finement 2 blancs de poulet
    • Ramener le bouillon à ébullition, puis ajouter les oignons coupés en rondelles
    • Faire cuire les pâtes (achetées fraîches de préférence) dans de l’eau salée,
    • Lorsqu’elles sont bien cuites et encore fermes, les mettre dans l »eau froide pour arrêter la cuisson.
    • Réchauffer les bols et les pâtes : Répartir les pâtes dans les bols, ajouter des morceaux de poulet, puis ajouter quelques louches de bouillon, laisser le tout se réchauffer et retransférer le bouillon dans la marmite.
    • Enfin dans le bol, sur les pâtes et le poulet, disposer un peu de chou chinois émincé, les pousses de bambou, du poulet, 1/4 de citron vert et verser le bouillon qui doit franchement dépasser le niveau de pâtes (à peu près 1 cm).
    • saupoudrer de coriandre haché, et servez.
déc 07

Fondue de veau à la japonaise

Fondue de veau à la japonaise

Pour 4 personnes

Ingrédients :

600 g de fines lamelles de noix de veau
1 l de bouillon de bœuf ou de veau (cube)
2 c. à café de sauce soja
2 c. à café de gingembre frais râpé
200 g de nouilles de riz
4 c. à soupe d’huile de sésame
8 champignons shiitakés
4 carottes
3 poireaux
1 petit chou pak-choï
Matériel : 1 appareil à fondue, des baguettes

Préparation : 20 min – Cuisson : 15 min

Dans le caquelon, faire chauffer le bouillon de bœuf avec la sauce soja et le gingembre. Laisser bouillir quelques minutes.

Dans une casserole, ébouillanter les nouilles puis, une fois rincées, les arroser d’huile de sésame afin qu’elles ne collent pas entre elles.

Découper finement les légumes.
À l’aide des baguettes, faire cuire la viande et les légumes 1 à 2 min dans le bouillon frémissant.

Une fois la viande et les légumes dégustés, verser dans de petits bols le bouillon encore chaud sur les nouilles.

Astuce : vous pouvez également utiliser des épuisettes asiatiques ou des pics à fondue à la place des baguettes.

mai 29

Tomates et concombres en jardin d’été

Tomates et concombres en jardin d’été

Tomates et concombres en jardin d'été - RelaxNews - Guérin / Amiel / Souksisavanh / AOPn Tomates et concombres de France

Pour 4 personnes 

Ingrédients :

2 concombres
2 tomates Noire de Crimée
1 tomate Cœur de bœuf 
6 tomates Green zebra
60 g de crevettes grises
20 bulots cuits
1 citron caviar
20 g de noix de pecan
100 g de millet
20 cl de mirin
20 cl de vinaigre de riz
1 piment oiseau
200 g de fromage blanc
1 botte de menthe fraîche
Fleur de sel de Guérande,
poivre du moulin, huile d’olive

 Préparation et cuisson : le temps nécessaire à la confection du plat..

Eplucher 1 concombre et tailler dans la longueur 4 rectangles de 2,5 cm de large, 10 de long sur 0,5 d’épaisseur et les bloquer au grand froid.

Tailler les Noires de Crimée, la Cœur de bœuf et 2 Green Zebra en pétales ; récupérer délicatement les cœurs, les conserver sur du papier absorbant ; disposer les pétales dans une boite.

Mettre à bouillir le vinaigre de riz et le mirin avec le piment oiseau, verser le liquide chaud sur les pétales de tomates pour les faire confire ; filmer, laisser refroidir à température ambiante et conserver au frais (si possible 1 nuit).

Couper le 2ème concombre en 2 ; éplucher la moitié, le tailler en petits bâtonnets de 1,5 cm de long et les conserver au frais. Râper l’autre moitié avec la peau et assaisonner de sel et poivre. Dans un bol, mélanger le fromage blanc et le concombre râpé, ajouter quelques feuilles de menthe ciselées et conserver au frais.

Faire griller les noix de pecan au four, ajouter un peu de fleur de sel de Guérande et les concasser. Décortiquer les crevettes grises. Décoquiller les bulots et les tailler en fi ne brunoise. Conserver également au frais.

Faire cuire le millet dans un peu d’eau, l’égoutter, le faire colorer dans une bonne cuillère à soupe de beurre salé, ajouter de la fleur de sel et égoutter sur un papier absorbant.

Mixer les 4 Green Zebra, ajouter le mélange vinaigre de riz et mirin qui a servi à confire les pétales de tomates et assaisonner pour obtenir un jus fruité et acidulé. Ajouter un peu de menthe fraîche. Conserver au frais.

Poser dans une assiette un rectangle de concombre encore gelé, disposer dessus le tartare de bulots lié avec la crème tzatziki. Disposer harmonieusement les crevettes grises, les bâtonnets de concombre, du citron caviar, les noix de pécan grillées et quelques pousses de menthe. Déposer tout autour les pétales de tomates confites ainsi que les cœurs de tomates. Terminer avec la vinaigrette de tomates vertes acidulée.

Pour information, le mirin est : une variété de Saké;

                          la crème tzatziki est :

Le tzatzíki ou concombre à la grecque (en grec τζατζίκι, prononcé dzadzíki, parfois écrit jajiki) est un mezzé grec (le tzatzíki) et turc (il se nomme alors djadjik) qui peut être utilisé comme sauce ou comme entrée. Le mot serait dérivé du turc cacık qui désigne une sorte de condiment. La recette turque est souvent plus liquide que la recette grecque. A Chypre, le tzatziki est aussi appelé « talatouri » par les Chypriotes grecs.

Le tzatziki est composé de yaourt épais (de chèvre ou de brebis en Grèce et en Turquie), de concombres (râpé, en purée, ou en fines tranches) préalablement dégorgé de son eau, d’oignons et d’ail (parfois toute une tête d’ail pour un grand bol de tzatziki).

Le tzatziki est généralement assaisonné avec de l’huile d’olive et des herbes telles que la menthe, l’aneth ou le fenouil, auxquels on peut ajouter une cuillerée de vinaigre. On le sert souvent comme entrée, sur un pain pita, accompagné d’olives.

 

mar 18

Curry d’agneau à l’indienne

Curry d’agneau à l’indienne

Curry d'agneau à l'indienne (Recettes extraites du livre

Pour 6 personnes

Ingrédients :

1,800 kg de morceaux d’agneau mélangés avec os (poitrine, collier, haut-de-côtelettes)
2 oignons
2 carottes
1 aubergine
2 courgettes
3 pommes de terre
1 branche de céleri avec des feuilles
6 cuillerées à soupe d’huile
1 à 2 cuillerées à soupe de curry (doux ou fort selon le goût)
1 cuillerée à soupe de sucre en poudre
1 pomme reinette ou golden
2 tomates
50 g de raisins secs blonds
sel, poivre

Préparation : 25 min – Cuisson : 1h30 

Peler et émincer finement les oignons. Éplucher tous les légumes, les laver et les couper en petits cubes.

Hacher grossièrement les feuilles de céleri.

Faire chauffer la moitié de l’huile dans une cocotte. Y faire revenir la viande et la moitié des oignons, en faisant colorer la viande de tous les côtés 20 min. Saler et poivrer, poudrer avec le curry et avec le sucre, mélanger pendant 2 ou 3 min, mouiller avec 50 cl d’eau chaude, couvrir et laisser mijoter 20 min sur feu doux.

Par ailleurs, verser le reste d’huile dans une sauteuse, y faire fondre le reste d’oignons sans le faire colorer, puis ajouter les cubes de légumes (sauf les feuilles de céleri), et faire revenir 5 à 10 min, en
mélangeant souvent et en veillant à ce que les légumes ne colorent que modérément.

Quand tous les légumes sont bien fondus, les introduire dans la cocotte sans la matière grasse de cuisson (les prélever à l’écumoire). Poursuivre la cuisson 20 min.

Ajouter encore la pomme coupée en dés, les tomates pelées, épépinées et grossièrement concassées, les raisins secs et les feuilles de céleri. Mélanger soigneusement, rectifier l’assaisonnement, laisser mijoter 20 min sur feu doux, à demi-découvert.

Pour servir, transvaser dans un plat creux bien chaud.

fév 11

Boeuf sauté à la sauce d’huitre

Boeuf sauté à la sauce d’huître

 Recette Boeuf sauté à la sauce d'huître

Pour 2 ou 3 personnes

Ingrédients :

400 g de contre-filet bien paré
1 gousse d’ail (ou 2 tranches de gingembre frais)
1 ciboule (ou 5 feuilles d’oignon)
2 cuillerées à soupe de sauce d’huître (voir sur le Site : Description de quelques produits exotiques )
1/2 cuillerée à café de sel
1 cuillerée à café de sucre poivre
10 cuillerées à soupe de bouillon (ou eau)
2 cuillerées à café de fécule
1 cuillerée à café de sauce de soja

Préparation : 15 mn. Cuisson : 8 mn.

1/ Découpez le bœuf « contre le grain » en fines lamelles.
2/ Écrasez la gousse d’ail.
3/ Hachez sommairement la ciboule.
4/ Mélangez dans une tasse la ciboule, la sauce d’huître, le sel, le sucre, le poivre et le bouillon.
5/ Mélangez dans une seconde tasse la fécule, la sauce de soja et 2 cuillerées à soupe d’eau.

Cuisson

1/ Faites chauffer à feu modéré dans une poêle deux cuillerées à soupe d’huile d’arachide. Lorsque l’huile est très chaude, ajoutez l’ail que vous faites revenir 30 secondes.
2/ Ajoutez le bœuf et faites-le sauter 3 mn en le remuant de temps à autre.
3/ Incorporez le contenu de la première tasse, remuez rapidement puis couvrez et laissez cuire 1 mn.
4/ Ajoutez alors la seconde tasse de mélange, tournez doucement avec une spatule jusqu’à épaississement de la sauce. Servez immédiatement. Garnissez d’amandes émondées et grillées (facultatif).

Vous retrouverez un panel de recettes sur ce site :

http://www.asiaflash.com/cuisine

fév 10

Canard sauté à la sauce d’huîtres

Canard sauté à la sauce d’huîtres

Canard sauté à la sauce d'huître

Pour 4 personnes

Ingrédients :

500 g de filets de canard250 g d’oignons3 cuillerées à soupe d’ail haché3 cuillerées à soupe de sauce d’huître1 cuillerée à soupe de vin de shaoxing ou de Xérès sec –  1 cuillerée à café rase de sucre 10 brins de coriandre 2 cuillerées à soupe d’huile d’arachide

Pour la marinade : 2 cuillerées à café de sauce de soja 2 cuillerées à café de vin de shaoxing ou de Xérès sec –  2 cuillerées à café d’huile de sésame2 cuillerées à café de Maïzena

Préparation : 5 mn – Cuisson : 8 mn

Taillez les filets de canard en lamelles de 1cm d’épaisseur, posez-les dans la marinadurant 15 mn, à température ambiante. Egouttez. Epluchez les oignons, coupez-les en rondelles de 0,5 cm environ. Faites chauffer le wok sur feu vif. Quand il est très chaud, versez l’huile et faites sauter le canard 2 mn en remuant sans arrêt, il doit rester légèrement rosé. Versez ensuite dans une passoire et laissez égoutter. Jetez l’huile du wok et ne gardant qu’une cuillerée de l’huile du wok. Sur feu vif, faites sauter l’ail et l’oignon pendant 3 mn, jusqu’à ce que les rondelles d’oignons soient souples et dorées. Baissez le feu et versez la sauce d’huître, le vin de shaoxing (*) ou de Xérès et le sucre, continuez la cuisson pendant 2 mn, sans cesser de remuer. Ajoutez le canard et la coriandre, mélangez durant 1 mn. Servez aussitôt.

Conseils du chef :

Les sauces sont déjà salées, ne salez pas pendant la cuisson. Accompagnez ce plat de riz basmati  nature, de pâtes ou d’une salade verte assaisonnée de vinaigre de Xérès et d’huile de noix. Coupez  la peau du canard en lanières et la fait rissoler dans le wok jusqu’à ce que la graisse fonde, quand elle est croquante et croustillante, la servir tiède à l’apéritif, ou alors on l’ajoute au dernier moment sur le canard.  

(*Un petit cours sur le vin Shao Xing :  Le vin de riz chinois semblable en couleur, en alcool et en odeur au Sherry sec et au xérès, possède un parfum très particulier. Il est appelé vin en français car c’est une boisson alcoolisée obtenue par fermentation, mais il est produit à base de riz, et non à base de raisin. Avant fermentation, on ajoute du blé à du riz chauffé, avec de la levure, avant de presser le tout. On utilise parfois du millet. Il ne doit pas être confondu avec le baijiu alcool blanc chinois qui est produit par distillation et beaucoup plus fort (38 à 65°), et est fait à base de riz, de sorgho, de blé, d’orge et de millet. On l’utilise pour faire mariner certaines viandes (poulet, porc…) ou des crevettes, on l’emploie aussi surtout dans la préparation du riz cantonais auquel il donne un parfum exquis et un goût unique.  Alcool 18%.