sept 22

Forum Franco Africain de la Jeunesse 2005, (Rappel en l’honneur de Yolande)

TOUT D’ABORD, au nom de l’association que je représente, nous tenons à vous remercier pour l’invitation qui nous a été faite grâce à notre Ambassadrice et amie Yolande AMBIANA.

 Nous tenons à remercier les organisateurs de ce Forum et souhaitons aboutir, grâce à eux, à la finalisation de nos projets mis en place depuis de longues années avec des ONG amies d’Afrique, GRAAB au Bénin, et GRED en Centre Afrique.

 

Il est indispensable que l’ensemble des Etats africains signent et respectent la totalité des articles de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, il est indispensable, impératif, que les Chefs d’Etat et les gouvernements des pays africains mettent en place une vraie politique dans le but de lutter contre la misère, les maltraitances sur enfants mineurs dont l’exploitation sexuelle des enfants en vue de les livrer à la prostitution, à la pédophilie.

Il est plus qu’urgent pour l’ensemble des pays africains de créer un fichier général des délinquants sexuels utilisant ce genre « tourisme » en faisant la chasse à ces personnages consommateurs d’enfants ainsi qu’aux proxénètes, en les condamnant à de très lourdes peines.

 

En 1999, je me trouvais invité à un important forum à Chamonix et j’ai eu le plaisir et l’honneur de m’entretenir avec Madame Viviane WADE, première dame du Sénégal et, lors de notre entretien privé, elle a demandé à ce que l’ADEPS se rapproche de son pays dans le but de trouver des solutions à la prostitution infantile.

Nous avons dit que nous allions étudier ce projet en faisant comprendre qu’il faudrait nous donner les moyens nécessaires, nous sommes restés en contact assez régulièrement mais ça n’a pas abouti, c’est regrettable.

Nous recevons très souvent des demandes d’aide de responsables d’ONG africaines, pour tout et n’importe quoi, à se demander si nos statuts ont bien été lus alors que tout est détaillé avec la plus grande clarté.

 

Nous recevons des appels de détresse de ressortissants, particulièrement des femmes, qui se retrouvent seules sans leurs enfants quand ceux-ci sont partis en vacances dans leur pays.

Les décisions de la justice française ne sont pas respectées et, malgré tous les efforts fournis pour faire aboutir le Droit, soit le retour des enfants auprès du parent ayant obtenu la résidence à son domicile, rien n’aboutit.

Actuellement nous avons un dossier très douloureux où la mère dans son droit réclame le retour des enfants auprès d’elle, où la justice française reste sourde, même devant les infractions répétées commises par un père qui ne reconnaît pas les décisions de justice française et s’estime « au-dessus » des lois de notre pays, en violation complète de la CIDE malgré sa profession…

 

Quand on voit tout ce qui se passe dans ce monde, c’est à se demander s’il n’y a pas complicité tacite entre un parent auteur de l’enlèvement (Déplacement illicite d’enfants vers l’étranger comme on dirait chez nous), et les Etats concernés qui ont un peu trop tendance à mettre en avant un peu trop facilement  une quelconque « Raison d’Etat », et oui, la Raison d’Etat c’est comme la Valise diplomatique, on fait passer et avaler beaucoup de choses au détriment du respect des personnes, du respect et de la Protection de l’enfant et de la famille.

Je profite de ce Forum pour dire qu’il faut que les entreprises, administrations, personnalités politiques ou du show business encouragent des associations telles que la nôtre, les soutiennent, les aident financièrement, de façon à faire en sorte que nous soyons plus écoutés.

Comme nous disait Madame Geneviève de Fontenay le 30 octobre dernier: « on ne vous écoute pas assez, les politiques se foutent du difficile travail bénévole que vous accomplissez chaque jour souvent avec des moyens financiers très limités.. »

Le samedi 20 novembre 2004, nous célébrions le 15ème anniversaire de l’adoption, par l’Assemblée Générale des Nations Unies, de la Convention Internationale relative aux Droits de l’Enfant.

La France pour sa part a ratifiée cette Convention le 07 Août 1990, et qu’est-ce qui a changé, évolué chez nous, dans le Monde, RIEN, sinon protéger davantage les auteurs d’actes répréhensibles, les indemniser pour avoir été incarcérés…, alors que toutes les innocentes victimes n’ont que le Droit de se faire oublier, de se cacher, et sans rien recevoir en retour..

Pour nous cette journée a permis de faire un bilan sur ces quinze années durant lesquelles les Etats membres des Nations Unies ont ratifié cette convention ; les deux non signataires sont la Somalie et les Etats-Unis, mais il ne faut pas ignorer que d’autres Etats, signataires de la Convention, ne respectent pas celle-ci en usant souvent, abusivement, de « telle ou telle amitié » et/ou d’une « raison d’état », ce qui est scandaleux.

Les enfants, durant ces quinze années, ont entendu les adultes proclamer en leur nom les Droits de l’Enfant et n’ont pu que constater combien cette Convention qui est la leur, et les articles de lois qui régissent cela en France ainsi que dans le Monde sont bafoués, détournés.

Durant ces quinze années, rien n’a changé, toujours autant de maltraitances, de violences, d’adultes barbares accomplissant leurs saloperies pédophiles, en toute impunité, sur de petites victimes innocentes sacrifiées sur l’autel du sexe tarifé, et souvent au vu et au su des gouvernants qui ferment les yeux car ce genre de tourisme rapporte gros dans les caisses

En 2004, nous aurions du nous attendre à un bilan positif annoncé par les participants à tous les Sommets Mondiaux de l’Enfance, et nombreuses Conférences Internationales ou Congrès qui se tiennent très souvent à l’autre bout du Monde, qui coûtent des sommes astronomiques, et pour lesquels il est demandé aux associations des participations onéreuses, mais là encore RIEN, du vent.

Les structures associatives dont nous parlons ci-dessus sont souvent démunies financièrement mais agissent avec courage, avec leur foi, selon leurs propres moyens car il y va de la vie d’enfants, ainsi tout est nivelé par le bas et les vrais acteurs de terrain sont « interdits » de parler, de témoigner, de pousser leur coup de gueule…, car ils n’ont pas les parrainages médiatiques voulus. C’est réservé à une certaine élite plus proche des politiques que du travail de terrain !

Il a été stipulé, citation des Nations Unies «que l’humanité donne à l’enfant le meilleur d’elle-même», foutaise, baratin, poudre aux yeux !

Pour ces quinze années écoulées, rien de positif, toujours des mômes exploités, prostitués, maltraités, servant de chair à canon « grâce » à des repus vivant grassement de façon décadente sur le dos de la société, de la misère, avec pour seuls objectifs le profit.

Nous pensons que les Droits de l’Enfant ont mal été interprétés, établis avant tout pour les adultes en leur rappelant que l’Enfant est un être fragile qui a besoin de se construire, d’être protégé, d’être aimé, qui a besoin d’adultes pour l’accompagner sur les chemins de la vie.

Profitons de cette journée pour obliger nos dirigeants à écouter, aider, assister sans faille celles et ceux qui ont besoin de vivre, d’être respectés, d’être protégés.

Que les plus hautes instances internationales fassent appliquer les articles de la CIDE « Convention Internationale des Droits de l’Enfant », et fassent en sorte que les auteurs, ou présumés auteurs coupables de maltraitances, physiques ou sexuelles sur mineur, soient mis hors d’état de nuire à vie.

En 2004, face à tous ces viols, ces maltraitances sexuelles, on parle de « castration chimique », de « traitements spécifiques » avec suivi psychothérapeutique pour les délinquants mais, une fois de plus on constate qu’il n’y a aucun mot de compassion, d’excuse, envers les victimes, au contraire, le vice, la perversité, l’argent sont rois, c’est honteux.

Il y a peu de temps, dans notre région, en France, nous avons eu une vive discussion avec un couple qui soutenait « qu’il n’y avait aucune raison de ne pas faire participer les enfants aux ébats amoureux de leurs parents, que c’était faire l’éducation sexuelle de l’enfant… » Il y a des pays ou ces pratiques sont dans les traditions, les mœurs, et il faut combattre cela.

Cette réflexion me rappelle un article paru dans le Monde en Janvier 1977, signé d’éminents politiques et membres de sphères diverses, article paru suite à la comparution devant un Tribunal d’un pédophile notoire ami de ces autorités, ça laisse pensif !

Venons-en maintenant à la vie de l’ADEPS

Créée en 1985 à Tours, elle a toujours eu pour vocation d’écouter, d’aider, d’assister les parents, enfants, grands-parents qui lui faisait appel sur ou hors territoire national.

Monsieur Jean ROYER, ancien ministre, ancien Député-Maire de Tours, nous a toujours apporté son soutien et nous l’en remercions.

L’ADEPS a eu à faire face à toutes sortes de dossiers, et il a toujours fallu rester vigilant afin de ne pas mettre en danger l’enfant, aujourd’hui, ça n’a pas changé et, avec Internet, nous constatons que la détresse est grande où que les gens soient.

Nous constatons tous les jours que les dossiers sont de plus en plus difficiles à aborder sur le plan humain tant ce qui nous est soumis est triste, grave, allant du parent, des grands-parents, qui n’arrivent pas à voir enfants ou petits-enfants, à la maman qui veut dénoncer des violences sur son enfant, mais n’ose pas de peur de ne pas être écoutée ou de peur de subir des représailles diverses.

Pour exemple, dans le Centre-Ouest, il y a quelques années, une maman qui « osait » défendre sa fille dans une affaire d’attouchements a été menacée par une enquêtrice sociale, je cite : « Madame X, si vous persistez dans vos déclarations nous allons vous retirer votre fille car elle est en danger chez vous… »

Conclusion, le père, qui était membre d’une association qui confond l’intérêt de l’enfant et la protection de celui-ci, qui pense bientôt plus à défendre les pères « présumés auteurs » de maltraitances sur mineurs, ou de violences conjugales, a été blanchi, il a été prononcé un non lieu, et il revoit sa gosse ; ah ; nous avons oublié, il y a eu intervention d’un membre d’une organisation de pensées philosophiques dans cette affaire. On a tout compris.

Nous avons des parents, souvent des mamans, tous pays confondus, qui nous lancent appel parce que leur ex a emmené illégalement l’enfant vers un autre pays.

Nous, nous avons toujours appellé cela « un enlèvement d’enfant » et, dans ce cas là, on ne peut pas répéter ce que nous avons entendu une fois lors d’une conférence à Paris : « Enlever c’est aimer » ; à notre avis, en agissant ainsi on prive l’enfant légalement de l’autre parent, souvent celui qui en avait la garde par décision de justice, et l’enfant est perturbé, blessé pour longtemps dans sa construction.

Dans bon nombre de cas la délinquance des mineurs affiche le désarroi de ces jeunes suite à divorce ou séparation des parents.

En ce qui concerne notre nombre d’adhérents, on ne peut pas chiffrer ceci car, trop souvent, celles et ceux qui nous contactent par téléphone, par Poste, ou par courriel, s’arrangent malgré notre demande pour ne pas tenir leur engagement, en l’occurrence l’envoi d’une adhésion ou d’un don pour nous permettre de fonctionner dans de bonnes conditions. Du fait que des enfants sont au centre du problème soumis nous donnons un minimum de renseignements de base utiles, en attendant de recevoir un courrier postal détaillé qui n’arrive jamais.

Au 13 novembre 2004, nous avions pris connaissance de 5830 dossiers, majorité par Internet, et nous avions reçu notre 3.320 000 visiteur sur notre site, aujourd’hui, notre site affiche son 3 262 662 visiteur.

Notre site est visité par des résidents de 71 pays ou départements des DOM-TOM :

11 états des Etats-Unis ;

32 états d’Europe ;

23 états d’Afrique, dont :

Algérie – Maroc- Tunisie – Egypte – Tchad – Sénégal – Madagascar

Burkina Fasso – République Centre Afrique – Bénin – Côte d’Ivoire

Togo – Cameroun – Rwanda – Namibie – Afrique du Sud – Cap Vert

Ile Maurice – Seychelles.

5 états d’Asie ;

pour la France métropolitaine, tous les départements ;

pour les DOM-TOM : pratiquement tous les territoires d’Outre-Mer.

Si vous désirez prendre connaissance de nos statuts, ils sont fournis exclusivement par voie postale à condition que nous soit adressée une enveloppe libellée à votre nom et affranchie à 1€.

Hier nous aidions quelqu’un, demain vous nous ferez peut-être appel ou un de vos proches, sait-on jamais !

En ce qui concerne ce que peut faire l’ADEPS pour vous, faites-nous

savoir ce que vous pouvez nous apporter comme soutien, faites- nous connaître vos désirs et vos projets et, ensemble, nous verrons ce que nous pourrons envisager.

Maintenant, assez parlé, Mesdames, Messieurs, je vous laisse la parole en espérant que nous avons été entendus et que vous mettrez tout en œuvre pour nous écouter, nous encourager, nous soutenir matériellement et financièrement car, avant tout nous oeuvrons et militons :

-pour le Respect des Droits et de la Protection de l’Enfant ;

-pour que les Droits et Devoirs des Parents et Grands-Parents soient appliqués et respectés ;

-pour que les auteurs, ou « présumés auteurs suspects » d’actes de maltraitances, notamment sexuelles, soient sévèrement condamnés et traités avec la rigueur qui s’impose sans excuse ou compassion comme c’est souvent le cas ;

-pour que les auteurs de « déplacements illicites d’enfants vers l’étranger » soient poursuivis et sévèrement condamnés, avec le retour obligatoire des enfants « déplacés » auprès du parent gardien, mission urgente et impérative revenant au personnel du Ministère des Affaires Etrangères sur Ordonnance des Parquets.

 

Nos projets avant de conclure :

1- Obtenir des soutiens pour mieux aider les ONG et les gens qui font appel

2- Envisager la mise en place d’échanges notamment avec GRAAB, au Bénin, et ce dans le but de faciliter la commercialisation de leurs productions artisanales

3- Obtenir les moyens de faire réaliser et distribuer aux jeunes africains un nouvel exemplaire officiel mais original de la CIDE (Convention Internationale des Droits de l’Enfant.

4- Enfin, obtenir l’aide et le soutien nécessaire afin qu’avec Madame Yolande AMBIANA, l’ADEPS réalise un disque CD et qu’il soit vendu au profit de l’association, car l’association fonctionne sans aide ni subvention.

 MERCI DE NOUS AVOIR ECOUTE, et à bientôt peut-être !

20 septembre 2015  Ce rappel est destiné à faire un clin d’oeil à Notre Amie Yolande AMBIANA qui ne mérite pas ce que lui fait subir son ex-mari, à sa fille Isabelle qui veut vivre, rester libre en France sans pression ni chantage d’aucune sorte tout en bénéficiant du soutien de sa famille, et à Gaston KELMAN, ami de Yolande, écrivain reconnu notamment pour un de ses livres : « Je suis noir et je n’aime pas le manioc », et il ajoute depuis longtemps : «Le Noir est comme tout le monde», Gaston Kelman est noir, il vit depuis vingt ans en France, et se dit avant tout «bourguignon». que nous avons eu l’honneur de rencontrer lors de ces journées.  

       Retrouvez l’essentiel de Gaston KELMAN sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Gaston_Kelman

**** A la date du 24 septembre 2015, le site de l’association a passé le cap des 6.327.632 visiteurs, qu’on se le dise…!

nov 11

Saga d’un grand parfumeur tourangeau « SALANCY » …

La saga CHANCY-SALANCY, une histoire de parfums 1898 -1962 en effectuant des recherches sur ma famille, je suis tombé par hasard sur des archives enregistrées aux “ Archives Départementales du Conseil Général d’Indre et Loire et, Grande surprise, j’ai vu que ma sœur, avec laquelle je n’ai plus de contact depuis plus de 15 ans, avait déposée ces documents sans que j’en sois informé, ce qui blesse beaucoup mais, ça n’est pas grave, les souvenirs sont là avec les gens que l’on a aimé, côtoyés, dont acte… !

Dans le lien URL que vous allez ouvrir, vous retrouverez l’histoire de la saga « CHANCY and Co », bref, en photo, mon père Gervais, ma Mère Hélène, ainsi que ma Grand-Mère Yvonne avec, bien entendu, la propriété où nous, enfants d’Hélène et Gervais avons vécus, soit « Le Rosay » et où, non loin de là, Michèle et ses parents, son fils Pascal, ont vécus durant de très longues années, dans l’ancienne usine de Saint-Symphorien-Tartifume, Tours-Nord, transformée en habitation par ces nouveaux propriétaires, … tout un passé pour moi que je n’ai jamais oublié et, pour avoir aussi vécu dans ce bâtiment, en montant dans le grenier, il y avait des senteurs de parfums divers imprégnées dans la charpente.

Pour conclure, en complément de l’admirable travail de Jacques BOUTON, n’hésitez pas à vous rendre sur le site des « Archives Départementales d’Indre et Loire, URL ci-dessous :

http://archives.cg37.fr/UploadFile/GED/SerieJ/1403788680.pdf

Ci-dessous affiches souvenirs de ma jeunesse :

                          salaney            salancy

**Ce texte a été volontairement présenté sur ce site pour faire savoir à des enfants, petits-enfants, arrières petits- enfants, vivant dans le Loir et Cher, qu’ils sont nés de grandes et belles familles.

En écrivant ces lignes, via cet article, je pense à de très bons amis, dont Monsieur était un roi de la coupe bien faite, shampoing, etc, etc… ; Salut Coco .. et Mado…, sans oublier l’ami Rico à Salbris!

Tout s’est terminé en 1962,Yvonne CHANCY voulant rester sur une gamme de grand luxe et son fils, Gervais, mon père, qui cherchait une extension vers une autre clientèle plus modeste, tout en conservant la qualité des produits fabriqués dans les règles de l’art.

Voila, j’ai presque tout dit et, à 73 balais, j’ai un profond respect, et une extrême amitié, pour celles et ceux qui font partie Pour conclure, quand on est né dans ce milieu, que l’on y a vécu de longues années partagé entre l’amour familial, les senteurs, la beauté et la qualité des produits dont en son temps, mon père était le nez, on ne peut qu’être heureux !

                                                                          ********************

Le nouveau site, afin de mieux vous servir, est opérationnel, donc n’hésitez pas à vous y rendre régulièrement.

***S’il y a un soucis dans nos échanges associatifs, vos avis et réactions seront les bienvenus sur cette adresse Courriel : bureau-aedeps.org.  Toute intervention non conforme à nos statuts sera supprimée, et/ ou fera l’objet de poursuites judiciaires.

MERCI pour votre compréhension, votre soutien, peut-être financier, car on coûte moins cher qu’un politique qui écoute, promet, mais ne fait JAMAIS rien, pas vrai, sauf nous étrangler de plus en plus …et on n’en voit les résultats depuis quelques mois…?

Mise à jour le 26/02/2017      Jean-Gervais CHANCY       Président de l’AEDEPS    www.aedeps.org

fév 15

Melon rôti à la verveine, son chutney et suprême de volaille fermière

Melon rôti à la verveine, son chutney, et suprême de volaille fermière

Melon de Guadeloupe rôti à la verveine, avec son chutney et suprême de volaille fermière des Landes - RelaxNews - J.C Amiel-M. Leteuré-Tabata Bonardi pour Le Melon de Guadeloupe IGP

Pour 4 personnes

Ingrédients :

2 melons de Guadeloupe IGP
4 suprêmes de volaille fermière des Landes, ou bonne volaille régionale Label Rouge
2 échalotes
2 gousses d’ail
2 branches de thym
2 feuilles de laurier
30 g miel
30 g vinaigre de vin Xérès
10 g graines de moutarde violette
50 g beurre doux
50 ml huile de tournesol
Sel fin
Poivre blanche du moulin
Feuilles de pousse de betterave

Préparation : 20mn – Cuisson : 35mn
Eplucher les melons, les couper en tranches épaisses de 2 cm et les détailler avec un emporte pièce rond de 2 cm de diamètre. Les disposer sur un papier aluminium avec un morceau de beurre, une branche de thym et du sel. Bien fermer la papillote et la cuire au four à 140°C pendant 15 minutes.

Eplucher et ciseler les échalotes. Dans une casserole, faire caraméliser le miel et mettre les échalotes. Bien colorer et rajouter toutes les parures de melon. Déglacer avec le vinaigre, rajouter les graines de moutarde, une noisette de beurre et laisser cuire a feu très doux pendant 30 minutes.

Mixer le tout et rectifier le sel.

Assaisonner la volaille avec le sel et faire colorer dans une poêle avec l’huile d’olive, une noisette de beurre, une branche de thym, la gousse d’ail et la feuille de laurier. Bien colorer tous les cotés et finir la cuisson au four à 180 °C pendant 5 minutes.

Dressage
Dans une assiette plate disposer le chutney de melon au fond, puis la volaille. Placer les disques de melon rôti autour et finir avec quelques pousses d’épinard pour la décoration.

fév 08

Brochettes de St-Jacques sauce hollandaise

Brochettes de Saint-Jacques, sauce hollandaise

Brochettes de Saint-Jacques, sauce hollandaise - RelaxNews - A. Beauvais - C. Herlédan / Cercles Culinaires CNIEL

 

Pour 4 personnes

Ingrédients :

16 noix de Saint-Jacques
8 tomates cerises
2 jaunes d’œufs
2 cuillères à soupe d’eau
170 g de beurre clarifié
2 cuillères à soupe de jus de citron
1 pointe de safran
fleur de sel
sel
poivre blanc

Préparation : 25 min - Cuisson : 15 min

Nettoyer et enlever la petite peau des Saint-Jacques.

Monter les brochettes avec les petites tomates cerises.

Pour la sauce hollandaise :
Séparer les jaunes des blancs d’œufs. Déposer les jaunes dans une casserole à fond épais, verser l’eau. Mettre la casserole sur feu doux et battre énergiquement en formant des huit à l’aide d’un fouet. La préparation doit augmenter de volume et prendre une consistance onctueuse : on doit alors apercevoir le fond de la casserole.

Retirer du feu, incorporer progressivement le beurre clarifié en mélangeant. Assaisonner, puis ajouter le jus de citron et le safran. Maintenir au chaud.

Mettre les brochettes à cuire sur la plancha chaude pendant 2 minutes en les tournant régulièrement et en les assaisonnant de poivre blanc et de fleur de sel.

Sur assiettes chaudes, placer les brochettes et la sauce hollandaise. Déguster sans attendre.

Conseil du chef : Vous pouvez accompagner ces brochettes avec du riz, une purée de légumes, du quinoa safrané, etc.

fév 05

Tagliatelles au bleu et aux noix

Tagliatelles au bleu et aux noix

Tagliatelles au bleu et aux noix - RelaxNews - J-F MALLET / CNIEL

Pour 4 personnes

Ingrédients:

400 g de tagliatelles fraîches
150 g de bleu d’Auvergne
4 cuillères à soupe de crème fraîche (30 % de matière grasse)
100 g de cerneaux de noix
4 brins de ciboulette
Gros sel
Sel et poivre

Préparation : 5 min - Cuisson : 6 min 

Cuire les tagliatelles à l’eau bouillante salée au gros sel (al dente : environ 2 mn).

Pendant ce temps, concasser les noix, laver et ciseler la ciboulette.

Dans un saladier, écraser le fromage à la fourchette, incorporer la crème fraîche.

Transvaser dans une casserole, cuire jusqu’à l’obtention d’une sauce homogène, assaisonner.

Dans une assiette, répartir les pâtes, les couvrir de sauce, parsemer de ciboulette ciselée et de cerneaux de noix. Servir.

Astuce : Vous pouvez réaliser cette recette avec du roquefort, du bleu du Vercors, etc…

fév 04

Thon mijoté à la tomate, et Gomasio (*)

Thon mijoté à la tomate, et Gomasio

Thon mijoté à la tomate - RelaxNews - A. Beauvais - F. Hamel /Centre Culinaire Contemporain

Pour 4 personnes

Ingrédients :

8 pommes de terre moyennes
2 oignons
3 gousses d’ail
30 g de beurre demi-sel
1 grosse boîte de tomates concassées (en saison, utiliser des fraîches)
2 cuillères à café de sucre roux
40 cl de vin blanc sec
900 g de thon blanc frais (darne)
sel
poivre du moulin

Préparation : 30 min – Cuisson : 1h15

Laver et éplucher les pommes de terre. Les réserver dans un saladier rempli d’eau.

Eplucher, laver et émincer les oignons.

Eplucher, laver et hacher l’ail.

Dans un faitout, faire fondre le beurre, ajouter les tomates, cuire 2 minutes.

Ajouter les oignons, les faire suer 2 minutes, puis verser le sucre et l’ail haché. Mélanger. Poursuivre la cuisson 10 minutes à feu doux. Mouiller avec le vin blanc, cuire encore 5 minutes.

Assaisonner de sel et de poivre, mélanger puis ajouter le thon. Couvrir et cuire au four pendant 1 heure.

20 minutes avant la fin de la cuisson, ajouter les pommes de terre. Couvrir.

Rectifier l’assaisonnement et servir aussitôt. Dresser dans un plat avec du gomasio et du persil plat.

* Qu’est-ce que le « Gomasio », pour les non initiés : Consommer du gomasio permet d’assaisonner tout en réduisant les quantités de sel absorbées. Dans ce mélange grillé puis broyé, chaque petit grain de sel est imprégné par l’huile des graines de sésame. Riche en acides gras non saturés, en acides aminés essentiels et en lécithine, l’huile de sésame fortifie le système nerveux et neutralise l’acidité, tandis que le sel marin favorise la sécrétion des sucs digestifs et stimule tout le métabolisme. Une façon saine et savoureuse d’assaisonner !

http://www.cuisine-libre.fr/gomasio

fév 03

Cuisses de lapin pochées, navets, consommé de crevettes et gingembre

Cuisses de lapin pochée, navets, consommé de crevettes et gingembre

Cuisse de lapin pochée et navets, consommé de crevettes et gingembre - RelaxNews - Lapin de France / Photo : Philippe Vaurès Santamaria / Recette : Gaël Orieux / Stylisme : Laurence D

Pour 4 personnes

Ingrédients :

4 cuisses de lapin
400 g de crevettes grises entières
2 tomates découpées en gros dés
1 bâton de citronnelle haché
50 g de gingembre découpé en gros dés
1 carotte épluchée découpée en gros dés
1 branche de céleri découpée en gros dés
400 g de navets longs taillés en lamelles
12 branches de chou patchoï (ou chou vert)
200 g d’Enoki (ou champignons de Paris)

Préparation 15mn – Cuisson :40mn

Mettre dans une casserole les cuisses de lapin, les crevettes, les tomates, la citronnelle, le gingembre, la carotte et le céleri. Mouiller à hauteur et laisser cuire 40 minutes. Enlever les cuisses de lapin et passer le reste du bouillon au chinois.

Cuire les lamelles de navets longs et le chou patchoï à l’eau salée bouillante. Réserver.

Cuire les Enoki avec un peu du bouillon des crevettes. Réserver.

Dresser la viande, les légumes et le bouillon dans une assiette creuse.

jan 31

Financiers au chocolat et aux marrons

Financiers au chocolat et aux marrons

Financiers au chocolat et aux marrons - RelaxNews - Patricia Kettenhofen/Brasseurs de France

Pour 15/20 financiers de taille moyenne

Ingrédients :

100g de beurre demi-sel
2 cuillères à soupe de pépites de chocolat noir
3 blancs d’œuf
50g de poudre d’amande
50g de farine
100g de sucre glace
5 cuillères à soupe de chocolat noir en poudre
5 Marrons glacés ou confits

Préparation : 15mn – Cuisson : 15mn

Préchauffer le four thermostat 6/7

Commencer par émietter les marrons.
Chauffer le beurre jusqu’à ce qu’il devienne noisette. Cesser la cuisson et réserver.

Battre les blancs d’œuf dans un bol, jusqu’à ce qu’ils deviennent mousseux.
A part, mélanger ensemble le sucre, la poudre d’amande, la farine et le chocolat en poudre.
Incorporer au mélange les blancs d’œuf, en remuant afin de bien lisser la pâte.
Ajouter le beurre fondu et les pépites de chocolat, mélanger de nouveau.

Placer la préparation au frais une heure.

Beurrer des moules à financiers, puis répartir la pâte dedans. Répartir les morceaux de marrons glacés sur les financiers.
Les enfourner 12/15 minutes thermostat 6/7.
Démouler dès la sortie du four, décorer de perles de sucre et de feuilles d’or.

Laisser refroidir un peu avant la dégustation.

jan 30

Soupe Bobun, ou « bún bò », au lapin

Bobun, ou « bún bò », au lapin

Bobun au lapin - CLIPP / Bernhard Winkelmann

Pour 4 personnes

Ingrédients :

400 g de filets de lapin
1 paquet de vermicelle de riz « bun » (400 g)
150 g de salade iceberg
150 g de concombre
150 g de germes de soja
2 carottes
1 bouquet de menthe
1 bouquet de coriandre
1 piment rouge
60 g de cacahuètes
60 g d’oignon frit

Pour la marinade
2 cuillères à soupe de nuoc mam pur
2 cuillères à soupe de sucre
1 cuillère à soupe d’eau
2 cuillères à café de citronnelle finement hachée
Pour la sauce nuoc mam
10 cl de nuoc mam pur
10 cl d’eau
10 cl de sucre
10 cl de vinaigre d’alcool blanc

Préparation : 15mn – Cuisson : 20mn
Couper les filets de lapin en dés de 2 cm. Faire mariner la viande et laisser reposer 1h au réfrigérateur.
Faire cuire les vermicelles dans de l’eau bouillante (environ 8 mn), rincer à l’eau froide et égoutter.
Laver les herbes et les légumes. Couper l’iceberg en lanières, le concombre en rondelles et râper les carottes. Faire mariner les carottes dans un bol avec du vinaigre d’alcool blanc. Emincer le piment, la menthe et la coriandre. Mixer les cacahuètes.

Cuisson de la viande
Faire chauffer une poêle ou un wok à feu vif et faire couler le jus de la marinade, laisser réduire. Faire sauter la viande en remuant régulièrement pour que les dés de lapin soient bien colorés. Réduire le feu et laisser cuire 3 mn. Attention à la cuisson de la viande, elle doit être juste saisie pour rester savoureuse.

Dressage
Dans 4 bols, disposer la salade, le soja, le concombre et les vermicelles. Déposer les dés de lapin et ajouter les épices : carottes égouttées, menthe, coriandre, cacahuètes, oignons frits et piment. Assaisonner de sauce nuoc mam à votre convenance.

Qu’est-ce que le Bobun : Le bún bò Hué est une soupe vietnamienne de la région de Hué qui est souvent pimentée, sur une base de vermicelle de soja et au bœuf et de différentes épices, mais peut être faite, comme ici, au poulet.